Accusés de religieux ou de Pharisiens ?

Accusés de religieux ou de Pharisiens ? Partager Commenter
Accusés d’être Pharisien ou religieux ?

Pourquoi cette accusation systématique contre ceux qui réagissent face aux faux enseignements ou aux pratiques non conformes aux Ecritures ? Cela semble être d’ailleurs la seule défense de ceux que la vérité dérange, à croire qu’ils sont vraiment à court d’arguments…

 
 
 

Qui étaient les Pharisiens ?

Les Pharisiens au temps de Jésus étaient des juifs pieux, qui observaient strictement la loi de Moïse (Le mot hébreu loi se traduit plus justement par « enseignement »). La tradition rabbinique est issue de ce courant qui a traversé plus de deux siècles avant de devenir la direction exclusive du peuple juif. Ce sont les Pharisiens qui ont permis que cette loi subsiste parmi le peuple malgré l’exil et les persécutions, et qu’ainsi elle nous parvienne intacte, jusqu’au plus petit iota, recopiée scrupuleusement et avec grand respect par les scribes, qui étaient recrutés en grande partie dans ce mouvement pharisaïque.

L’idéal élevé des Pharisiens était de restaurer le peuple afin qu’il soit « un royaume de prêtres et une nation sainte », comme au temps de l’Exode. « Acquérir les paroles de la Torah, ou de la loi de Moïse, c’est acquérir la vie du monde à venir » (Avot II, 7). Pour eux, le juste est celui qui observe constamment tous les préceptes de la Torah, qui veille à sanctifier sa maison, et qui se purifie de tout péché par le jeûne et l’humiliation. Les Pharisiens croyaient en la Providence divine, en l’existence des anges et des esprits, et en la résurrection des morts.

 
 
 
 

Pourquoi Jésus leur fait-Il des reproches ?

Beaucoup de traditions et de raisonnements humains furent ajoutés à la loi de Moïse, et tout comme les Évangiles, les textes rabbiniques dénoncent les travers de certains Pharisiens.

Le Seigneur Jésus reproche aux Pharisiens de placer sur le peuple des fardeaux qu’eux-mêmes ne peuvent pas porter (Luc 11:46). Il leur reproche surtout d’avoir négligé le plus important aux yeux de Dieu : « le droit, la miséricorde et la fidélité, c’est là ce qu’il fallait pratiquer sans laisser de côté le reste » (Matt. 23:23), car dit Jésus : « faites aux hommes tout ce que vous voulez qu’ils fassent pour vous, c’est la loi et les prophètes » (Matt. 7:12).

Notons que le Seigneur s’adresse à ceux, parmi les pharisiens, qui lui tendent des pièges pour pouvoir l’accuser (Matt. 16:1, 19:3, Luc 11:52-53, Jean 8:6). Il parle de ceux qui se conduisent avec orgueil« Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes… » (Matt. 23:5). Ces hommes se considèrent supérieurs au reste du peuple, à cause de leur pratique religieuse poussée : lire les paroles de Jésus sur la prière du Publicain et du Pharisien dans Luc 18:9-14.

C’est pourquoi le Seigneur nous demande « de nous garder du levain des Pharisiens » (16-6).

Ils sont pleins d’hypocrisie, chose que le Seigneur ne peut supporter, car bien qu’accomplissant les œuvres que Dieu a prescrites, ils le font pour se donner une propre justice, tout en étant capable d’en tirer profit par des moyens détournés : « Ainsi, vous avez annulé la parole de Dieu au profit de votre tradition. Hypocrites ! Esaïe a bien prophétisé sur vous quand il a dit : ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils me rendent un culte, en enseignant des doctrines qui ne sont que préceptes d’hommes » (Voir le contexte Matt. 15:3-9)

Jésus les compare « à des sépulcres blanchisqui paraissent beaux au dehors » et leur dit : « nettoyez d’abord l’intérieur afin que l’extérieur aussi devienne pur ! » (Matt. 23:26-28). Car « Ce qui rend l’homme impur, ce sont les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les faux témoignages, les blasphèmes… » (Matt. 15:18-19)

Faire ce qui est ordonné sans l’amour du Père les a conduits à rejeter Celui qui était venu pour accomplir toute la loi, le Seul qui le pouvait, car Il était sans péché. Ils n’ont pas supporté que leur cœur et leurs mobiles cachés soient dévoilés par Celui qui était parfait, et qui était donc un reproche continuel devant eux.

 
 
 
 

Mais tous les Pharisiens et les religieux n’étaient pas répréhensibles :

La Bible dit que beaucoup parmi eux ont cru en Jésus (Luc 12:42, Actes 15:5). Nous avons l’exemple de Nicodème, docteur de la loi qui est venu à Jésus (Jean 3:1 et 19:39). L’apôtre Paul, qui était plein de zèle pour persécuter l’Eglise avant sa rencontre avec le Christ, n’a pas honte de se déclarer « Je suis Pharisien, fils de Pharisiens » (Actes 23:6) et « irréprochable à l’égard de la justice de la loi » (Phil. 3:6). Il fut choisi pour porter l’Évangile aux païens.

De plus, Jésus a dit : « Faites donc, et observez tout ce qu’ils vous diront, mais n’agissez pas selon leurs œuvres » (Matt. 23:3) car : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir mais pour accomplir… Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux » (Matt. 5:17-20).

En effet, le Seigneur va plus loin que la loi de Moïse, Il ne s’arrête pas aux œuvres visibles, mais Il voit les mobiles et les intentions du cœur. « Tout est à nu et à découvert aux yeux de Celui à qui nous devrons rendre compte » (Héb. 4:13).

Les exigences dans l’alliance renouvelée sont plus grandes que celles de la première alliance sous Moïse : « Vous avez entendu qu’il a été dit : tu ne commettras pas d’adultère. Mais moi je vous dis que celui qui regarde une femme pour la convoiter a déjà commis adultère avec elle dans son cœur, etc… » (Matt. 5:27-32).

 
 
 
 

Devrions-nous être des « irréligieux » pour ne pas ressembler aux Pharisiens hypocrites ?

L’évangile de Luc parle des parents de Jean-Baptiste en ces termes : « Tous deux étaient justes devant Dieu, et suivaient d’une manière irréprochable tous les commandements et les ordonnances du Seigneur » (1:6). Et l’Eternel les a choisis pour donner naissance (miraculeusement) à celui dont Jésus dit : « Oui je vous dis : plus qu’un prophète... parmi ceux qui sont nés de femmes, il ne s’en est pas levé de plus grand que Jean Baptiste ! » (Matt. 11:9-11). Il nous est parlé d’Anne, « qui ne quittait pas le Temple et servait Dieu nuit et jour par des jeûnes et des prières ! » (2:37).

Le Seigneur condamne fermement toute hypocrisie, la dissimulation, et tout moyen détourné, pour accomplir par exemple « en son Nom » une œuvre née du désir égoïste ou ambitieux de l’homme, et dont la gloire ne sera pas attribuée à Dieu seul.

« On t’a fait connaître Ô homme ce qui est bien; ce que l’Eternel demande de toi, c’est que tu pratiques le droit, que tu aimes la loyauté, et que tu marches humblement avec ton Dieu » (Michée 6:8).

Lorsque le peuple d’Israël reçut la loi par l’intermédiaire de Moïse, la bénédiction lui fut promise à une condition : « Cette Parole est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur, afin que tu la mettes en pratique… car je te commande aujourd’hui d’aimer l’Eternel ton Dieu, de marcher dans ses voies et d’observer ses commandements… afin que tu vives… et que l’Eternel te bénisse… » (Deut. 30:14-16).

A Josué Dieu dit : « Ce livre de la loi ne s’éloignera pas de ta bouche; tu y méditeras jour et nuit pour observer et mettre en pratique tout ce qui y est écrit... c’est alors que tu réussiras. » (1:8).

Dieu ne change pas, voici les paroles du Seigneur Jésus Lui-même : « Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime… Si quelqu’un m’aime, il gardera ma Parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons vers lui et nous ferons notre demeure chez lui. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. » (Jean 14:21-24).

Pourquoi  alors traiterait-on de légalistes ou de religieux, ou encore de naïfs, (ou même d’idolâtres de la Bible !), ceux qui veulent garder fidèlement toute la Parole de Dieu ?

 
 
 

De quel côté sont-ils donc, tous ces « grands hommes de Dieu », qui font le tour du monde, et qui méprisent les simples, les cœurs purs et intègres ?  Ils se permettent, eux, de les juger, et de plus, d’après les mêmes critères de réussite que ceux que le monde incrédule considère !

Ces hommes-là prennent la place de Jésus pour accuser certains, sans les connaître, de Pharisiens, de légalistes, de serpents, etc… Le Seigneur, Lui, ne se trompait pas; Il savait qui était en face de Lui et ce qu’il y avait dans le coeur ! Il était, Lui, sans reproche, le Saint et le Juste !

 
 

Que chacun juge, d’après les reproches que le Seigneur leur adressait de son temps, quels sont ceux justement, qui, de nos jours, ressemblent le plus aux Pharisiens, par leur conduite et par leurs enseignements :

– « Les scribes et les Pharisiens sont assis dans la chaire de Moïse. Faites donc et observez tout ce qu’ils vous diront (de la loi) mais n’agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent et ne font pas. Ils lient des fardeaux pesants et les mettent sur les épaules des hommes, mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes... Ils aiment les premières places... et les salutations sur les places publiques; ils aiment aussi être appelés Rabbi (c’est à dire docteur !) Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères… » (Matt. 23:1-9).

– « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous purifiez le dehors de la coupe et du plat, et qu’en dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance… Au dehors vous paraissez justes aux hommes, mais au-dedans vous êtes remplis d’hypocrisie et d’iniquité. » (Matt. 23:25,28).

– « Gardez-vous de pratiquer votre justice (les œuvres religieuses) devant les hommes, pour en être vus… Quand tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites afin d’être glorifiés par les hommes…mais que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton aumône se fasse dans le secret, et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra… (Voir l’article sur le faux évangile de la prospérité).

Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites qui aiment à prier debout dans les synagogues et au coin des rues, pour se montrer aux hommes.. quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte (Nul besoin d’en parler !) et prie ton Père qui est dans le lieu secret » (Matt. 6:1-6).

– « Quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes…Ne vous amassez pas de trésors sur la terre... mais dans le ciel… car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (6:17-19).

– « Les Pharisiens, qui aimaient l’argent, écoutaient… Jésus leur dit : vous, vous êtes ceux qui se font passer pour justes devant les hommes, mais Dieu connait vos cœurs; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu… Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et quiconque épouse une femme répudiée par son mari commet un adultère » (Luc 16:14-18). Pourquoi cette déclaration du Seigneur justement ici, adressée aux mauvais religieux, et à plusieurs reprises :

– « C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse a permis d’écrire un acte de divorce et de répudier sa femme… Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni… quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère envers la première, et si une femme répudie son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère. » (Marc 10:5-12).

– « Pas un seul trait de lettre de la loi ne passera jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui violera l’un de ces plus petits commandements et qui enseignera aux autres à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux. » (Matt. 5:19).

 
 
 
 

« Il ne faut  pas juger ! »

Des décennies de prédications sur le fait que Dieu est Amour en mettant de côté sa Justice et sa Sainteté, sur le fait de « ne pas juger », de « couvrir le péché », de « qui est parfait ? », etc…, ont fini par ôter tout discernement de la part des chrétiens, alors que la Bible dit que « l’homme spirituel juge de tout » (1 Cor. 2:15), dans le sens d’évaluer, d’éprouver, de reconnaître comme vrai ou faux à la lumière de la Bible, et non pas de condamner, ce qui appartient à Dieu seul.

Il est certes beaucoup plus facile de fermer les yeux sur le péché, de tout accepter et de suivre la foule, en se donnant bonne conscience par quelques actes religieux, comme assister à un culte ou donner sa dîme. On oublie que l’Amour de Dieu englobe la Vérité, la Justice et la Sainteté. Il rend chacun responsable de rejeter l’erreur ou le mensonge, car Il a laissé Sa Parole afin que tous puissent faire la différence entre ce qui est pur et ce qui est impur.

– « Tu ne suivras pas la multitude pour faire le mal. » (Ex. 23:2).

– « Il y a eu de faux prophètes parmi le peuple; de même il y a parmi vous de faux docteurs qui introduiront insidieusement des hérésies de perdition… beaucoup les suivront dans leurs dérèglements, et à cause d’eux, la voie de la vérité sera calomniée. Par cupidité, ils vous exploiteront au moyen de paroles trompeuses » (2 Pierre 2:1-3)

– « prêche la Parole, … reprends, exhorte… car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine… ils se donneront une foule de docteurs qui leur diront ce qu’ils ont envie d’entendre, ils se détourneront de la Vérité et se tourneront vers des fables. » (2 Tim. 4:2-4).

C’est l’amour de la Vérité, c’est à dire l’amour de la Parole de Dieu, qui nous gardera pendant la terrible séduction du temps de la fin. (2 Thess. 2:10-11 et Apoc. 3:10)

 
 

« Dieu est le Dieu de Vérité », et « Il veut que la vérité soit au fond de notre coeur » (Ps. 51:8).


1 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !