Chrétiens persécutés – Juin / Août 2016

Chrétiens persécutés – Juin / Août 2016 Partager Commenter
La situation des chrétiens dans le monde ces derniers mois a empiré… Infos persécution – Juin / Août 2016.

 
 
 

La situation a empiré, essentiellement là où l’islam se répand, mais aussi ailleurs où, malgré une Constitution garantissant la liberté de religion, d’autres extrémistes fanatiques imposent leur loi, comme en Colombie, au Mexique, au Bangladesh… ou encore dans quelques pays athées ou communistes tels Cuba, le Vietnam, le Laos…, et bien-sûr la Corée du Nord, d’où filtrent très peu d’informations vérifiables. En Inde, le fondamentalisme hindou n’accorde plus de légalité aux chrétiens, qui sont durement persécutés (Beaucoup d’attaques ne sont pas signalées; 177 l’ont été en 2015, avec enlèvements d’hindous convertis au christianisme, tortures, humiliations, viols, vandalisme, etc… cela dans un climat d’impunité générale et en dépit de la liberté de religion officielle). De partout, les nouvelles qui nous parviennent ne sont qu’une litanie des précédentes horreurs. Quelques exemples :

-« Le gouvernement iranien mène une politique de violation systématique, continue et flagrante de la liberté religieuse. Des personnes sont accusées, emprisonnées, torturées et exécutées au seul ou principal motif de leur religion » (Rapport de la Commission des États-Unis sur la liberté religieuse internationale)

-« Nous allons montrer aux Arméniens et aux chrétiens qui nous sommes… Nous avons reçu l’ordre de ne laisser aucun Arménien dans la région » (Propos tenus par les rebelles islamiques, Alep, Syrie)
-Des milliers de chrétiens ont fui les violentes persécutions qu’ils subissent en Érythrée. Un article de presse décrit ce pays comme l’un des pays au monde qui se vide le plus rapidement de sa population et comme la Corée du Nord de l’Afrique. Les 40.000 Érythréens qui ont débarqué en Italie l’an dernier sont en majorité chrétiens… Les persécutions islamiques ne doivent rien au hasard, elles sont systématiques et ont lieu dans toutes les langues, les ethnies et les régions du monde (Lu sur Gatestone Institute -30/08/2016)

 
 
 

Dans cet article nous publions essentiellement des témoignages, qui nous parlent des souffrances vécues par nos frères et sœurs dans le monde, mais aussi de joies et de victoires sur le royaume des ténèbres; lequel prendra fin avec la venue du Messie glorieux, dans un avenir très proche maintenant, nous le croyons.

A tous ceux qui souffrent pour leur foi, nous adressons ce message que l’apôtre Paul écrivait au 1er siècle de notre ère (2ème épître aux Thessaloniciens 2:7,8, 15, 16, 17, et 3:3) :

 

« Déjà, le mystère de l’iniquité est à l’oeuvre […] Alors se révélera l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’Il écrasera par l’éclat de son avènement […] Ainsi donc frères, demeurez fermes […] Que notre Seigneur Jésus Christ Lui-même et Dieu notre Père, consolent vos cœurs et vous affermissent en toute oeuvre et paroles qui soient bonnes […] Le Seigneur est fidèle, Il vous affermira et vous gardera du Malin ! »

 
 
 
 

En Egypte

« Je suis né dans une famille musulmane. Certains des membres de ma famille étaient séculiers et mondains, d’autres étaient religieux. Mon père, soufi, était très religieux et a eu une forte influence dans ma vie. A l’âge de 10 ans, je commençais à chercher Dieu. J’avais hâte de chercher sa présence et je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour me rapprocher de Lui. En grandissant, je continuais à le chercher avec encore plus d’intensité, en priant, jeûnant, et en fréquentant les mosquées. Je ne faisais pas que les prières rituelles, mais j’appelais Dieu de tout mon cœur. Ces années de recherche de Dieu dans l’islam se sont terminées avec la prise de conscience que Dieu n’était pas plus près de moi. En fait, Il semblait très éloigné. Au moment où je suis entré à l’université, j’avais renoncé à ma recherche de Dieu.

Un soir, en marchant avec des amis, j’ai entendu l’Évangile pour la première fois. Un chrétien né de nouveau, qui me fut présenté par un ami commun, se mit à témoigner et à partager ouvertement le message de Jésus dans les rues du Caire. Une semaine plus tard, j’étais à l’église avec lui, et seulement quatre semaines plus tard, je recevais Jésus comme mon Sauveur ! Mon expérience était exactement comme le jeune croyant me l’avait expliqué : « Venez et voyez par vous-mêmes ! Jésus est vivant, Il guérit et libère. »

Ce soir-là je priai Jésus pour la première fois. Je lui ai demandé : « Quel est le chemin ? Le Christ est-Il le chemin vers Dieu ? » La réponse fut « Oui ! » dans mon cœur; j’ai dit « OK » et expérimenté immédiatement la présence de Dieu, la joie céleste et la paix. Je suis devenu chrétien quand j’ai dit « OK » à Jésus !

Quelques temps après j’ai été fortement persécuté par ma famille et par la communauté locale, mais la présence du Seigneur était si forte en moi que je ne me souciais pas de la perte et du risque que je prenais en devenant un disciple de Jésus… » (Nouvelles de l’AEM – 30 jours de prière pour le monde musulman – 2016)

 

– Des pratiques ignobles et lâches ont été signalées : des jeunes femmes chrétiennes sont enlevées, droguées et violées, puis converties de force à l’islam et mariées à des musulmans, sous la menace. Leurs enfants seront ainsi élevés dans l’islam et considérés musulmans selon la loi en vigueur. (AEM – Edition spéciale 2016)


En Iran

Malgré les risques encourus beaucoup de musulmans découvrent Jésus-Christ et prient en secret. Ils sont les plus exposés à la persécution. Quitter l’islam pour une autre religion est toujours passible de la peine de mort depuis l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeini en 1979. Les agents des services secrets qui découvrent une réunion de maison confisquent les livres, les téléphones et les ordinateurs… et procèdent à de longs interrogatoires, parfois sous la torture et dans un endroit inconnu, dans le but d’identifier les responsables pour leur faire signer l’engagement de s’abstenir de toute activité chrétienne à l’avenir.

-Souri, une femme de 60 ans témoigne : « J’ai voué ma vie à Allah. Après mes études, je me suis mariée et j’ai commencé à enseigner le Coran et l’arabe. Avec nos deux filles, nous formions une famille musulmane normale. Il y a quelques années ma fille cadette a quitté l’islam pour devenir chrétienne. J’étais choquée, mais… elle était ma fille ! Un jour, elle m’a demandé de l’accompagner à une rencontre avec son pasteur. Pendant qu’elle lui parlait, j’étais intriguée par des livres. J’en ai emprunté plusieurs, que j’ai lus avec curiosité. Quelques temps après, ma sœur a développé un cancer. Ma fille et d’autres chrétiens ont prié pour elle. La tumeur s’est rétractée, à la stupéfaction des médecins. Ainsi, ma sœur est venue à la foi. J’ai commencé à prier Jésus en farsi, le langage de mon cœur, tout en continuant à prier Allah en arabe, ma langue d’études. Mais un jour, je n’ai pas pu m’incliner, et j’ai remarqué une lumière intense derrière moi. Alors j’ai capitulé (pour Jésus). Mon mari n’a pas apprécié et m’a souvent disputée. J’ai prié pour lui. Aujourd’hui, il voit le changement dans ma vie, et dit qu’il n’est plus musulman ! »

-Mehdi Dibaj, qui fut libéré peu avant son exécution en janvier 1994, a été enlevé quelques mois plus tard puis assassiné, de même que H. Hovsepian, le responsable de l’église protestante d’Iran, qui l’avait soutenu. Un an après son assassinat le nombre de croyants avait doublé dans l’église qu’il avait fondée. L’Iran possède la plus grande communauté chrétienne d’arrière plan musulman au monde ! (AEM – 06 -07 – 2016)

-Maryam Naghash Zargaran, 38 ans, est emprisonnée depuis le 15 janvier 2013. Ex musulmane, son seul crime est d’être devenue chrétienne et d’en avoir parlé. Son état de santé alarmant a nécessité une hospitalisation, après paiement d’une forte caution (100 000 dollars américains) mais le tribunal a ordonné son retour à la tristement célèbre prison d’Evin le 19 juin 2016. Elle est si faible aujourd’hui qu’elle ne peut plus se déplacer seule ni supporter une visite au-delà de cinq minutes. Une pétition en sa faveur est actuellement organisée dans de nombreux pays. Prions pour que les fonctionnaires iraniens en soient touchés et puissent agir avec plus de miséricorde et de justice envers les chrétiens qui souffrent en prison comme Maryam.


En Algérie

99% de la population est musulmane. En 2006, le gouvernement a interdit tous les services religieux aux chrétiens. Ceux-ci se retrouvent souvent devant les tribunaux ou en prison à cause de leur foi; cependant, de plus en plus d’églises de maison s’ouvrent dans tout le pays. Mohamed (dont le nom a été changé), raconte comment il a trouvé la Vérité :

« Un imam m’a aidé sans le savoir. Il est venu un jour vers moi et m’a dit : « En Algérie, il y a des chrétiens. Nous devons nous efforcer de les faire revenir à l’islam et empêcher qu’il y en ait encore ». Il m’a proposé un livre prouvant que la Bible a été falsifiée. J’ai commencé à lire cet ouvrage qui commentait des passages de la Bible. Pour être en mesure de mener un débat éclairé et structuré, je pensais toutefois que nous devrions posséder une Bible. C’est dangereux, m’a répondu l’imam. Persistant dans mon idée, il m’a envoyé vers un chrétien en disant : « C’est ta responsabilité. Si tu te laisses entraîner je ne veux rien savoir. »

On peut imaginer qu’il savait déjà ce qui se passerait… Quoi qu’il en soit, il pensait que la Bible pouvait avoir une grande influence. Le chrétien m’a donné un Nouveau Testament et j’ai commencé à le comparer avec l’autre livre. Je me suis aperçu que les commentaires de cet ouvrage ne correspondaient pas au contenu de la Bible, aussi je me suis mis à débattre avec le chrétien.

Quand cet homme parlait de Dieu, c’était comme s’il avait une relation personnelle avec Lui. Cela me paraissait étrange. Un jour, il m’a posé la question : « Es-tu sérieux et déterminé dans ta recherche de Dieu ? » Cette question m’a irrité. Je priais : « Dieu, montre-moi qui tu es. Je veux être fidèle, te suivre, te plaire. »

Le lendemain, j’ai par hasard rencontré le chrétien et, avec lui, j’ai accepté Jésus dans ma vie. J’ai ressenti une paix profonde, un énorme sentiment de liberté, comme si un lourd fardeau était tombé de mes épaules. J’ai dit à Dieu : « Soutiens-moi, pour que je puisse aider d’autres personnes à trouver cette paix ! »

Ma famille m’a dit : « Tu es devenu fou ! Tu dois voir un psychiatre. » Elle a appelé l’imam qui est venu, accompagné de deux autres. Ils ont récité devant moi des versets coraniques. Je leur ai dit : « Vous pouvez passer votre vie à réciter le Coran. Pour le restant de mes jours, je garderai Celui qui est venu habiter dans mon cœur ». L’imam a suggéré de me bannir de la maison, mais je suis volontairement parti chercher un nouveau lieu, un nouvel emploi et j’ai aussi rencontré mon épouse.

Je voulais faire connaître l’amour de Dieu aux autres, aussi je suis entré en contact avec des frères et des sœurs qui avaient le même désir, au travers d’une émission de télévision chrétienne par satellite… Nous avons reçu jusqu’à cinq cents appels par mois, et nous nous sommes occupés de ces gens en les mettant en contact avec des chrétiens de leur région, et ainsi des églises de maison ont émergé à travers tout le pays. Mais en 2006 le gouvernement a interdit tous les services religieux. La propagation du christianisme peut être punie : peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans ou amende de 5000 euros, ce qui correspond à quinze fois un salaire mensuel moyen. Je me suis retrouvé plusieurs fois devant les tribunaux ou en prison…

Un jour, la police a découvert 500 Bibles chez nous et nous a arrêtés. Notre arrestation s’est répandue comme une traînée de poudre dans les postes de police environnants. Les fonctionnaires ne savaient pas qu’il y avait des chrétiens algériens. Curieux, de jour comme de nuit, ils nous ont rendu visite et nous ont posé des questions. Au tribunal, le juge a lu l’acte d’accusation : « Les policiers ont confisqué six Bibles que vous aviez avec vous ». Seulement six Bibles ? Il sembles que les 494 Bibles restantes se soient retrouvées entre les mains des policiers en fonction ! Nous avons été libérés, mais les autorités ont confisqué notre appartement et nous avons dû nous construire une nouvelle vie ailleurs…

Les demandes via la télévision par satellite ont continué à affluer, et nous voyons de plus en plus d’églises de maison se créer. Nous gérons des sites internet, des médias sociaux et une radio par l’internet. En six mois, quelque 44 000 personnes intéressées nous ont contactés grâce à nos sites internet. (Témoignage recueilli sur AEM – 09/2016)


Au Cambodge

Un pays qui se relève difficilement suite au génocide qui commença en 1975 et qui fit d’après les estimations entre 1,7 million et 2 millions de victimes, soit 20% de la population…

Bunnara, instructeur à l’académie de police, dirige à côté de son travail un foyer pour étudiants dans la capitale de Phnom Penh. Ayant bénéficié lui-même de l’aide d’un pasteur chez qui il a pu vivre durant ses cinq années d’étude, il eut à cœur de donner à d’autres jeunes adultes de familles pauvres la possibilité de poursuivre des études, afin qu’ils puissent faire quelque chose de leur vie :

« Il n’y a pas assez de logements pour tous les étudiants qui viennent des quatre coins du pays. Les loyers sont inabordables pour les provinciaux. Dans notre maison, les étudiants ont beaucoup d’espace et il règne une atmosphère calme propre à l’étude. Nous mettons à disposition les lits, une cuisine et une salle à manger, des ordinateurs… Nous voulons communiquer des valeurs chrétiennes telles que l’honnêteté et la charité. Nous sommes chrétiens en tant qu’équipe dirigeante, et ainsi les étudiants découvrent automatiquement ce que cela signifie de suivre Jésus-Christ… Beaucoup de jeunes sont en danger de se laisser entraîner et de détruire leur avenir dans l’alcool, les drogues ou d’autres dépendances… Ici aussi leurs compétences sociales sont encouragées et nous les aidons dans la gestion de leur temps. Beaucoup de ceux qui étaient chez nous pendant leurs études occupent maintenant des postes à responsabilité dans les affaires ou l’administration. La famille en bénéficie également; la plupart de nos étudiants sont issus de milieux pauvres. Une fois qu’ils gagnent de l’argent après l’obtention du diplôme, une partie de celui-ci va à leur famille. Leurs propres enfants peuvent espérer un avenir meilleur… »

Il est possible de soutenir cette oeuvre en faveur des jeunes cambodgiens, et d’apporter une aide aux chrétiens persécutés, via l’AEM (info@hmk-aem.ch). Faire connaître ces nouvelles au plus grand nombre est un moyen de les soutenir. Ne les oublions pas dans la prière.


Il y a 50 ans, un cri a secoué le monde occidental

Un cri perçant a réveillé les chrétiens et un mouvement mondial d’aide s’est mis en marche… Le pasteur Richard Wurmbrand se tient derrière la chaire. Un homme maigre de grande taille, dont la libération des prisons roumaines a été achetée (Il a passé quatorze années en prison, soumis à la torture physique et mentale, à de terribles humiliations, parfois mis à l’isolement dans de minuscules cachots souterrains)…

Son message choque, surtout quand il prie « la prière du torturé ». C’est un cri de longue haleine. Il n’a aucune honte à rugir ce cri de douleur dans le micro. « Cet appel d’agonie et de désespoir est la prière des peuples oubliés dans les prisons » lance-t-il dans des salles ou des halles. « Des croyants comme vous et moi sont en détresse, parce qu’ils ne veulent pas renier Jésus… » Les gens sont suspendus aux lèvres de ce témoin. Ils sont choqués; Richard montre ses cicatrices, souvenirs de la torture, et leur demande de se lever, de prier, de protester devant les ambassades des Etats communistes. Nous sommes en 1960. Il a parlé dans des salles bondées en Suisse en 1969 […] Il a crié au nom des millions de personnes désespérées et torturées dans les prisons communistes. Il y a 50 ans, très peu de gens avaient entendu parler de la persécution jusqu’au-boutiste des chrétiens en Europe de l’Est, en ex-URSS, en Chine et dans de nombreux autres pays. Les dirigeants de l’Eglise ont été choqués et irrités. Les politiciens ont secoué la tête en signe d’incrédulité. Une armée de journalistes s’est levée pour tenter d’arrêter les paroles inconfortables du pasteur. Des anarchistes de gauche ont pris d’assaut les conférences de l’AEM. Mais le roulement de tambour était trop fort, le cri trop puissant, le message trop clair : des gens étaient torturés tous les jours pour leur foi, déportés vers des camps, tués.

Des chrétiens concernés et courageux se sont levés et ont créé partout dans le monde des œuvres d’entraide. Ils ont prié, protesté, mis de l’argent en commun et propagé la nouvelle […] En 1969, à la création de l’AEM en Suisse, j’ai été élu totalement à l’improviste au conseil d’administration, et directement confronté à la souffrance et au désespoir. Ces expériences des croyants à l’extrême limite de la douleur nous secouaient. Nous avons lu des livres, dévoré des comptes rendus, appris à connaître personnellement des chrétiens qui offraient leur dos aux bourreaux depuis des années sans jamais renier leur foi. Leur témoignage a renforcé le nôtre. Le courage a grandi. Nous voulions faire quelque chose… La solidarité avec les chrétiens persécutés est devenue un mouvement puissant amenant l’espoir dans les prisons et les camps des Etats communistes.

 

« Ma voix s’élève à Dieu, et je crie; ma voix s’élève à Dieu, et Il m’écoutera ! » (Ps. 77:2)

Les chrétiens en ex-URSS ont prié des décennies pour une libération du joug communiste. Des milliers d’occidentaux se sont joints à eux. Dans le monde entier on a prié. Et l’incroyable est arrivé ! A la fin des années 1980 le mur de Berlin est tombé. Une nouvelle ère a commencé, la pression politique s’est apaisée dans certains pays…

La mission de l’AEM n’est pas terminée. De nombreux Etats cimentent leurs structures dictatoriales et antireligieuses. Nous sommes confrontés aujourd’hui à d’énormes défis. L’ensemble du monde arabe est en ébullition. Des millions de personnes sont persécutées plus fortement que jamais. L’AEM, mieux connue avec les mots « Aide aux Eglises Martyres » est aujourd’hui en tant que « aide aux églises dans le monde » active dans diverses régions avec un budget six fois plus élevé que dans les premières années. Dans 38 pays l’aide vient rapidement et est mise en oeuvre facilement; que ce soit dans le monde arabe, dans les pays communistes et aussi dans les zones sinistrées, toujours avec la priorité d’aider activement les chrétiens persécutés.. Les gens ne sont pas uniquement pourvus avec le nécessaire, mais également formés à servir leurs prochains, afin de multiplier l’aide.

Et cela me rend particulièrement heureux ! Au cours des années et grâce à notre aide proactive, des dizaines de milliers de personnes ont trouvé une foi vivante en Jésus-Christ. Aujourd’hui de plus en plus de musulmans rencontrent Jésus-Christ et trouvent une paix tant attendue. Ce qui a commencé comme un coup d’éclat il y a près de 50 ans est devenu une bénédiction pour d’innombrables personnes. Je ne peux rien faire d’autre, si ce n’est faire mienne l’action de grâces du psalmiste qui se souvient de l’oeuvre de Dieu au milieu de sa détresse : « Tu as manifesté parmi les peuples ta puissance. Par ton bras, tu as délivré ton peuple ! » (Ps. 77:15b-16)

Gerhard Zaugg, Président de l’AEM de 1987 à 2016.


 
 
 
 

Nous publions ci-dessous une nouvelle carte mise à jour sur la persécution des chrétiens dans le monde en 2016 (Etude réalisée par Portes Ouvertes).

 

Cliquez sur l’image pour consulter la carte au format PDF.

 
 
 

« Ouvre ta bouche pour la cause de ceux qui ne peuvent pas se défendre, pour rendre justice à tous ceux qui sont faibles… » (Prov. 31:8)

 

« Voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce pour quoi j’espère : La bienveillance de l’Éternel n’est pas épuisée. Ses compassions ne sont pas à leur terme; elles se renouvellent chaque matin […] C’est pourquoi je veux m’attendre à Lui ! » (Lam. de Jér. 3:21-24)


2 Lire et Commenter

Commenter

  1. je suis allé en Colombie, et j’ai découvert un pays chrétien. Il y a beaucoup plus de chrétiens et croyants qu’en europe. Je suis arrivé le mercredi des cendres et j’ai vu à la TV le général commandant l’armée colombienne avec une croix de cendres sur le front. Maintenant des terroristes qui veulent l’argent et le pouvoir il y en a partout, mais l’information ne nous dit pas la vérité, seul l’Evangile est vérité

    • ConnaîtreLaVérité
      ConnaîtreLaVérité

      Les informations ne disent pas la vérité c’est vrai; mais dire que la Colombie est un pays chrétien c’est relatif. Pour les Orientaux par exemple, l’Europe est un continent chrétien, mais c’est faux. L’Europe a été abondamment christianisée, la religion officielle est le catholicisme, ou le protestantisme, mais il y a peu de chrétiens au sens biblique du terme. C’est vivre l’Évangile qui compte.
      En Colombie il y en a apparemment davantage, et ils sont persécutés, pris comme cible de tous côtés. Mais les actes de persécution ne viennent pas de l’Etat, qui est un Etat de Droit démocratique garantissant la liberté religieuse. Voici un lien qui explique ce qui se passe là-bas malheureusement. Beaucoup de prêtres et de pasteurs sont assassinés.
      Que Dieu vous bénisse.

error: Contenu protégé !