Chrétiens persécutés – Mars / Avril 2017

Chrétiens persécutés – Mars / Avril 2017 Partager Commenter
Les chrétiens persécutés vivent majoritairement dans des régions où règnent la misère, l’obscurantisme, le totalitarisme, ou encore la guerre… Infos persécution 2017.

 
 

La Bible est vraie : « Sur ceux qui étaient assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort, la lumière s’est levée ! » (Matt. 4:16). Partout la Bonne Nouvelle pénètre, malgré la vive opposition et l’acharnement des ennemis de Dieu à la faire disparaître. Car « l’Evangile est une puissance de Dieu » qui libère du pouvoir du péché et qui fait de tout homme une nouvelle création, destinée à la Vie éternelle.

 
 
 

Des frères témoignent de ce qu'ils ont découvert en Egypte

Parler de l’Eglise souterraine est une image pour dire que les croyants se rencontrent en des lieux secrets : une cabane, une maison, une forêt… « Il est rare qu’une église soit réellement sous terre. Mais le cas existe en Egypte.

Le Caire est une immense métropole de 14 millions d’habitants qui s’entassent sur une faible superficie. C’est l’un des endroits les plus pauvres du monde. Il n’y a pas de voirie municipale, mais cela ne veut pas dire que les ordures restent dans la rue. Une vingtaine de milliers de pauvres parmi les pauvres gagnent leur vie en ramassant les détritus.

On les croise dans toute la ville, avec leur âne et leur charrette primitive. Depuis 1969, ils disposent d’un endroit où ils peuvent déposer ces déchets. C’est la colline de Mokattam, où ils habitent des cahutes misérables au milieu de la puanteur des immondices. La famille tout entière travaille au tri des déchets. Tout ce qui est mangeable va aux cochons, aux poules et aux chèvres qui vivent eux aussi sur les tas d’ordures. Le plastique, le verre, le fer blanc et le papier sont séparés et revendus. Les gens vivent du produit de cette vente.

Mokattam est considéré comme impur, et pas un musulman ne voudrait y mettre les pieds, ne serait-ce qu’à cause des porcs qui fouillent les ordures. De fait, la plupart des éboueurs sont des chrétiens […]

En 1994, des représentants de Portes Ouvertes furent invités dans la cinquième église, un splendide local de trois mille places, creusé dans la paroisse par les éboueurs. C’était comme une oasis dans le désert, comme un coin de paradis dans l’enfer nauséabond de la vaste décharge. Mais même cette église est devenue trop petite. On en creuse actuellement une nouvelle, qui devrait accueillir vingt mille personnes. Si grande qu’elle soit, elle ne dérange aucun musulman, car ceux-ci restent à bonne distance de ce lieu impur.

C’est ainsi que Dieu protège ses enfants qui se contentent du niveau le plus bas de l’échelle sociale. »

 

Tandis que leur église grandit, les éboueurs continuent à sillonner la ville, venant comme pauvres, mais faisant beaucoup de riches, ainsi que le dit l’apôtre Paul ! (Voir 2 Cor. 6:10) Ils rencontrent des gens de tous les milieux. Voyez ici comment Dieu s’est servi d’un pauvre éboueur en haillons pour sauver des âmes :

Un jour, les enfants d’un éboueur de Mokattam, en triant des ordures rapportées par leur père, trouvèrent une montre en or. Elle paraissait très luxueuse et valait effectivement une dizaine de milliers de dollars. Tout excités, ils apportèrent leur trouvaille à leur père. Bien des gens auraient remercié Dieu pour un tel coup de chance. Avec cet argent, ils auraient pu dire adieu au tas d’ordures et commencer une nouvelle vie dans un meilleur quartier…

Mais, au lieu de revendre la montre, l’éboueur est allé sonner à la porte de toute les villas du quartier où il avait récolté les déchets, demandant aux gens s’ils avaient perdu quelque chose. Quand il arriva chez le riche Américain qui avait perdu la montre, celui-ci fut très impressionné par une telle honnêteté. Il lui demanda pourquoi il s’était donné tant de mal pour retrouver le propriétaire. L’éboueur parla alors de sa foi et l’Américain, qui était athée, accepta le Seigneur. Il veilla lui-même à ce que ce témoignage soit publié dans les journaux des Etats-Unis ! (Portes Ouvertes – 1994)

« L’intégrité des hommes droits les dirige… Celui qui est intègre trouve le salut » (Prov. 11:3, 28:18)


Une dure persécution mais de grandes délivrances !

Les nouveaux convertis à Jésus-Christ témoignent de leur passé marqué par la misère dans tous les domaines : l’alcoolisme, la prostitution, la peur et la détresse à cause de la violence, la débauche et les maladies, les pratiques idolâtres qui ne pouvaient rien changer… puis le fatalisme et le désespoir engendrés par tant de malheur… Maintenant, ils sont persécutés, rejetés, à cause de leur Foi vivante. Les poursuites juridiques sont peu nombreuses, les témoins étant menacés par des foules s’ils parlent. (La région d’Orissa-Odisha a été particulièrement touchée par des centaines de meurtres et une violence horrible en 2008, qui a provoqué le déplacement de 50 000 personnes).

Beaucoup de chrétiens ont fui leur village et vivent dans la clandestinité. Il existe des endroits où l’Eglise est sous une pression immense et constante en raison de boycots sociaux et du déni des droits fondamentaux de l’homme : amendes, restrictions imposées aux non-hindous à l’entrée des villages, coups, refus d’enterrements légitimes, etc… (AEM – Mars 2017)

Certains se réfugient parmi les « intouchables », là où les hindous radicaux ne viennent pas. Mais Dieu accomplit de grandes choses au milieu d’eux :

« Los d’une des réunions improvisées, nous avons rencontré une jeune femme, dont le témoignage nous a touchés car il ressemble à celui du Gadarénien de Matthieu 8. Cette jeune femme était folle, possédée, il fallait l’attacher tellement elle était violente et capable de tout ! Son père, prêtre hindou, n’a rien pu faire pour elle malgré toutes les prières adressées aux idoles. Cette famille mise au contact de l’Evangile a vu sa fille délivrée, complètement guérie, et nous avions en face de nous une belle jeune femme avec tout son bon sens. La famille s’est convertie mais pas le père. Il a bien-sûr reconnu le miracle de Dieu mais n’a pas quitté l’hindouisme.

Un autre homme nous a raconté avoir écouté l’Evangile à la radio. Puis un jour, à cause d’une des tempêtes causées par la mousson, un poteau électrique s’est cassé et les fils se sont retrouvés à terre. Le fils de cet homme a été électrocuté et est décédé. Alors cet homme s’est mis pendant plusieurs heures à prier « le Dieu de la radio »… Et sept heures plus tard, son fils est ressuscité ! »

(Recueilli dans le journal de l’AEP – avril 2017)


En Indonésie

L’Indonésie compte la plus grande population musulmane au monde (87% des 258,3 millions d’habitants) et est considérée comme l’une des nations musulmanes les plus tolérantes. Cependant, dans le Nord-Ouest de l’archipel, la minorité chrétienne vit sous la menace constante à cause de la charia en vigueur. Au moins mille églises ont été fermées dans toute l’Indonésie au cours des dix dernières années. Les autorités locales agissent sous la pression des groupes extrémistes, et la Constitution n’est pas appliquée, les gouvernements fédéraux refusant d’intervenir.


Au Yémen

Le pays (13 fois plus grand que la Suisse) est dévasté depuis mars 2015, bombardé sans pitié par l’Arabie Saoudite. 80% de la population est affamée, soit 21 millions de personnes. 93% des tués ou blessés sont des civils. Des écoles (plus de 1600 à ce jour), des hôpitaux (plus de la moitié), des ports également, sont impitoyablement détruits. L’aide internationale y pénètre très difficilement. Les chrétiens, très minoritaires parmi une population musulmane à 99%, s’emploient à secourir les plus pauvres, à collaborer à la re-scolarisation de millions d’enfants, à l’aide médicale élémentaire et aux soins d’urgence, à la formation et à la création d’emplois générateurs de revenus, car les entreprises ne fonctionnent quasiment plus, et l’agriculture est très limitée (Source des chiffres : W.F. ONU-Programme alimentaire mondial 2017)

Grâce à l’engagement des chrétiens locaux beaucoup de gens expérimentent l’amour de Dieu et recommencent à espérer. L’église clandestine connait une forte croissance et s’est formée en réseaux dans toute cette région, oubliée du monde et des médias en général. Nos frères yéménites sont dans une grande détresse. Ils ont un urgent besoin du secours des chrétiens libres et riches de l’Occident, pour leurs propres familles bien-sûr, mais aussi afin de pouvoir soulager la misère autour d’eux.

(AEM – Mai 2017)


En Irak

En 2014, les troupes de l’EI ont conquis les plaines de Ninive, au Nord de l’Irak. Durant des siècles, les Kurdes, les chrétiens, les musulmans, les yésidis et d’autres groupes ethniques et religieux ont vécu ensemble pacifiquement. Il y avait des villages et des petites villes entièrement chrétiens. Aujourd’hui tout est en ruines. La haine des fifres de l’EI est effroyable. Des centaines de milliers de personnes ont fui. Depuis, plusieurs régions ont été libérées par l’alliance des forces irakiennes, mais les habitants hésitent à revenir. Le pays est sans cesse déchiré par des attentats; personne ne sait si des membres de l’Ei ne se terrent pas dans les parages. Il faut assurer la sécurité, et reconstruire les infrastructures, eau, électricité, routes et écoles…

Avant l’assaut de l’EI, la situation des chrétiens était précaire; elle est maintenant dramatique. Néanmoins ils s’engagent dans l’aide humanitaire, là où les grands organismes ne vont pas. Leur témoignage est une lumière dans toute cette obscurité, un espoir pour ceux qui se sentent oubliés.

« Un membre de l’équipe de projets locale est tombé sur un barrage routier de l’EI et a été témoin de l’assassinat des passagers de la voiture qui le précédait, parce qu’ils appartenaient à la mauvaise confession islamique. Au moment où le boucher de l’EI allait contrôler sa pièce d’identité, un appel téléphonique est arrivé, disant que l’armée irakienne était en chemin. Il a survécu. Choqué, il ne voulait plus qu’une chose : fuir. La Parole guérissante de Dieu a permis à cet homme de changer sa décision… Aujourd’hui il est responsable d’une grande partie de la distribution de l’aide alimentaire de l’AEM. C’est devenu sa vocation, son but, son ministère. Tant qu’il y a des gens comme lui dans le pays, il y a de l’espoir pour l’Irak ». (AEM – Avril 2017)


En Algérie

Ce pays, le plus grand d’Afrique et du monde arabe, occupe le 37ème rang à l’index mondial de la persécution, et la situation de la minorité reste préoccupante malgré la reconnaissance officielle de l’EPA en 2011 par les autorités algériennes. La loi restrictive de 2006 est toujours en vigueur : interdiction de tout rassemblement religieux en dehors des lieux de culte reconnus, et peine de 2 à 5 ans de prison pour quiconque « incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion… ou fabrique, entrepose, distribue des documents imprimés ou audio-visuels visant à ébranler la foi d’un musulman ». Le mariage avec un étranger non musulman est interdit, selon la loi de la charia. (AEM)

De nombreux appels au secours parviennent au travers des réseaux sociaux, des émissions de télévision par satellite ou de radio, notamment pour obtenir des Bibles et Nouveaux Testaments.


 
 
 

L’année 2016 a été celle où la violence perpétrée contre les chrétiens a été la plus féroce (Plus de 200 millions de chrétiens sont martyrisés à cause de leur foi dans le monde). Les atrocités commises par des groupes radicaux islamistes en Syrie, en Irak et en Lybie sont sans-doute quelques-uns des plus grands revers pour la liberté religieuse depuis la seconde guerre mondiale, puisque les victimes sont soumises à un système qui viole presque chaque principe des droits de l’homme. Il y a eu des attaques ciblées contre les chrétiens au Nigéria, des bombes en Egypte et au Pakistan. L’extrémisme islamiste ne cesse de croître en Indonésie, les radicaux hindous sèment la terreur dans certaines régions de l’Inde.

 

En Corée du Nord, la pauvreté et la dictature sévissent sans répit et la population dans sa majorité meurt de faim. Le pays demeure pour la quinzième année consécutive numéro un sur l’index de persécution. Triste record… ! La Somalie se trouve au second rang, où les quelques centaines de chrétiens de souche musulmane sont sous la menace d’être assassinés s’ils sont découverts. Puis vient l’Afghanistan, où il n’existe plus une seule église, et où la peine capitale attend ceux qui se font baptiser. Ensuite le Pakistan : le dimanche de Pâque 2016, 70 personnes furent tuées et 340 blessées, principalement des femmes et des enfants, dans un attentat commis par un taliban terroriste qui s’est fait exploser. Le Soudan vient en cinquième position, les populations chrétiennes y sont bombardées, les écoles chrétiennes, les hôpitaux et les églises systématiquement détruits. Les chrétiens en Syrie et en Irak, très minoritaires à ce jour, doivent se soumettre à l’EI, fuir ou mourir. En Iran de plus en plus de musulmans se tournent vers l’Evangile, mais ils subissent de fortes pressions, arrestations et torture. Au Yemen les islamistes progressent et les chrétiens sont toujours plus en danger de mort. En Erythrée, ils sont enfermés dans des cachots souterrains ou dans des containers métalliques; on imagine les conditions inhumaines de détention dans le climat du désert… (AEM – Mars 2017).

 

N’oublions pas nos frères de par le monde qui, pour prix de leur fidélité et de leur consécration dans le service de Dieu et du prochain, souffrent et endurent de terribles épreuves, et qui pourtant gardent la Foi et le témoignage de Jésus-Christ.

 
 
 

Nous publions ci-dessous une carte mise à jour sur la persécution des chrétiens dans le monde en 2017 (Etude réalisée par Portes Ouvertes).

 

Cliquez sur l’image pour consulter la carte au format PDF.

 
 
 

« Au jour du malheur, l’Eternel me protégera et me cachera sous l’abri de sa tente… Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?… Moi, je Suis le Bon berger; Je connais mes brebis… Le Bon Berger donne sa vie pour ses brebis » (Ps.27:5, Rom. 8:31, Jean 10)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !