Chrétiens persécutés – Juin / Juillet 2017

Chrétiens persécutés – Juin / Juillet 2017
Infos persécution 2017. Le christianisme est la religion la plus persécutée dans le monde, selon une étude européenne…

 
 

En 2016, 90 000 chrétiens ont été tués à cause de leur foi, soit un toutes les 6 minutes. Près d’un demi-milliard n’est pas en mesure d’exprimer sa foi librement.

70 % des chrétiens assassinés en 2016 sont morts dans des conflits tribaux en Afrique. Les 30 % restant, soit 27 000, ont été tués dans des attaques terroristes, la destruction de villages chrétiens ou la persécution du gouvernement. Certains chrétiens n’hésitent pas à risquer leur vie en restant dans les territoires les plus sensibles afin de témoigner de leur foi. (Infos recueillies dans LesObservateurs.ch – 09/06/17)

 
 
 

Les chrétiens se demandent toujours pourquoi leur engagement pour Jésus-Christ attire autant de difficultés et de persécutions…

Nous reproduisons ici une exhortation relevée dans le journal de l’AEM d’avril 2017, tellement vraie et si peu entendue de nos jours dans les milieux chrétiens de nos pays libres, cependant gravement menacés eux aussi par une persécution terrible qui pourrait survenir brutalement, et dans un avenir plus proche que nous ne l’imaginons…

 

« Dans certains pays, cet engagement peut aller d’une profonde détresse au martyr… Les premiers chrétiens ne se faisaient aucune illusion à ce sujet. Pour eux il était toutà fait normal que le fait d’être disciple de Jésus-Christ signifiait aussi être disciple de la souffrance. Lors de leur premier voyage missionnaire, Paul et Barnabas préparaient les jeunes chrétiens à cette éventualité. Ils savaient ce qui les attendait. Ils avaient déjà vécu dans leur propre corps l’hostilité du monde envers Jésus-Christ. Néanmoins ils ont inlassablement continué à prêcher le message libérateur du Fils de Dieu.

Ils n’étaient pas les seuls à souffrir de la persécution, les jeunes églises qu’ils créaient l’étaient également. C’est à cela que les deux messagers préparaient les chrétiens lors de leurs visites suivantes.

Le chemin du Seigneur dans le royaume de Dieu vers l’éternité passe à travers l’affliction. Ce mot dans le grec est dérivé d’un verbe qui signifie « broyer, presser, frotter » […] Il est donc peu surprenant de lire que Jésus Lui-même a parlé à ses disciples de ce chemin de souffrance. A plusieurs reprises Il les a préparés aux difficultés et aux souffrances qui seraient les leurs, tout en indiquant qu’en tant qu’enfants de Dieu, ils resteraient protégés même au milieu de la persécution.

Jésus a connu l’abandon de sa famille et a averti ses disciples dans ce sens. Toutefois Il leur a ouvert les yeux concernant la nouvelle famille des enfants de Dieu. Il y a partout dans le monde des frères et soeurs en Christ. Ce harcèlement et cette oppression des chrétiens de par le monde soudent encore plus étroitement tous les frères et soeurs. Par conséquent, la souffrance de nos frères est un lien qui nous unit. Celui qui appartient au Seigneur ne reste jamais seul dans la détresse. Outre la proximité particulière de Dieu par Son Esprit Saint, chaque chrétien persécuté se sait aussi accompagné et soutenu dans la prière par les croyants du monde entier. Nous pouvons donc prier avec et pour nos frères et soeurs en détresse, afin de les encourager. »

 
 
 

Un témoignage de l'Inde

Banuji est le fils d’un évangéliste de l’église Netanya, en Inde, mort dans un accident. Il a choisi de poursuivre le travail de son père et a été formé en tant que pasteur. Il travaille dans un petit village d’Odisha. A l’automne 2016, il raconte :

« Mon père m’a appris que les visites à domicile étaient importantes. Par conséquent, j’en fais tous les dimanches après le culte. Un jour, je suis arrivé dans une maison où vivaient des hindous. Je leur ai parlé de Jésus et leur ai chanté des cantiques. Pendant les chants, à 300 mètres de là, les hindous radicaux ont tourné à fond le haut-parleur de leur temple pour noyer notre adoration avec des chants hindous.

Sur le chemin du retour, ces radicaux m’ont arêté et ils m’ont battu, mais j’ai chanté et prié pour eux sans arrêt; alors ils ont cessé de me battre et m’ont laissé repartir en me demandant de continuer à prier pour eux. A partir de c emoment-là, certains d’entre eux sont même venus à mon église. Depuis peu, je célèbre le culte dans ce village le dimanche à 11 heures, après celui de chez moi qui a lieu de huit à dix heures. Maintenant notre église est pleine, et le temple hindou est vide ! Je prie que toutes les personnes de ce village trouvent la foi en Jésus-Christ ! »


Au Myammar (Ancienne Birmanie)

Un pays pauvre, bouddhiste à 85%, dans lequel la misère, augmentée par beaucoup de réfugiés de guerre, vient ajouter à l’atmosphère lourde qui règne partout à cause de l’idolâtrie : des multitudes de statues, de temples et de moines, des habitants qui essayent d’attirer la bénédiction du Bouddha en nourrissant par exemple les animaux dans les rues… Certains villages restent très isolés, sans aucune route pour les atteindre en voiture, surtout dans le nord montagneux du pays, où parfois l’Evangile n’a jamais pénétré. La paix partielle et l’ouverture récente à la démocratie ont permis au tourisme de se développer, et les relations avec les moines sont devenues plus ouvertes. On compte même parmi eux quelques conversions à Jésus-Christ.

La Birmanie fut évangélisée par le missionnaire Adoniram Judson dès 1812 et connut à deux reprises un réveil spirituel dans le Nord et l’Est du pays, depuis les années 1930. Aujourd’hui, les chrétiens peuvent se réunir librement mais seulement dans les maisons, car le gouvernement n’autorise pas les bâtiments officiels. Les moyens sont minimes, le climat éprouvant, mais la foi est vivante, le Seigneur travaille avec eux. (Infos recueillies dans le journal de l’AEP n°143)


Eglises clandestines d'Asie Centrale

Kazakhstan, Kirghisie, Tadjikistan, Turkménie et Ouzbékistan forment un territoire de 4 millions de km2 avec 67 millions d’habitants, dont 82% de musulmans, 13% d’orthodoxes russes et 4% autres. Les groupes religieux sont suspects et espionnés , et tout événement non enregistré est illégal. Fortes amendes et emprisonnement menacent les groupes de plus de trois personnes ou les possesseurs d’une Bible en public. Les victimes sont battues pendant les procédures, puis disparaissent sans pouvoir informer leur famille ni possibilité de consulter un avocat. Les ex-musulmans convertis à la foi chrétienne sont bannis de leur famille, harcelés pour changer d’avis, et se retrouvent sans emploi et sans logement. Les visiteurs doivent obtenir un permis spécial, ne logent pas chez l’habitant et sont contrôlés dans chaque hôtel sur le but de leur voyage (AEM – 07/17).


 
 
 

Les chrétiens opprimés en Asie Centrale ce n’est pas un fait nouveau. *Voir article sur le communisme et « Perdre tout mais posséder une Bible ».

L’interdiction de réunions religieuses en Russie ne fut levée qu’en 1991. Mais de nouveau, depuis juillet 2016, les lois anti-terroristes touchent les églises chrétiennes. Les cultes ne peuvent plus être célébrés dans les maisons ou les bureaux. L’Etat veut le contrôle. Notons que le Président Poutine fut agent du KGB de 1985 à 1990 en Allemagne de l’Est.

Inquiétant : le gouvernement fédéral de Suisse veut exclure plus de deux cents groupes de Jeunesse et Sport; les chrétiens sont accusés d’être trop missionnaires. Les subventions leur ont déjà été supprimées.

 
 
 

Corée du Nord

Otto Warmbier, l’étudiant américain détenu depuis 15 mois en Corée du Nord, est mort une semaine après son retour à la maison. Alors qu’il était en voyage en Asie, le jeune homme de 22 ans venait de passer le Nouvel An en Corée du Nord avec un groupe, quand il a été arrêté à l’aéroport international de Pyongyang le 2 janvier 2016. Accusé d’avoir tenté de voler une affiche de propagande, son procès se tiendra 2 mois plus tard, le 16 mars. Il sera condamné à 15 ans de travaux forcés. Aucun recours et aucune médiation ne permettront une libération d’Otto, ni même une simple autorisation de visite. Son église de Cincinnatti ne cessera d’intercéder pour sa libération, sous l’impulsion du Pasteur Éric Miller. En juin 2017, la famille et les autorités ont finalement appris qu’Otto était dans le coma depuis de longs mois. Libéré de Corée du Nord le 13 juin, les médecins américains décrivent de graves lésions neurologiques, témoignant de maltraitance et d’un arrêt cardio-respiratoire. Otto Warmbier est décédé chez lui le 19 juin. « Son visage avait changé, il était en paix. Il était à la maison, et nous croyons qu’il pouvait le sentir […] Nous remercions toutes les personnes dans le monde qui l’ont gardé ainsi que notre famille dans leurs pensées et prières. Nous sommes en paix et à la maison aussi. »

(Source : AEP – été 2017)


Au Kenya

Le groupe islamiste somalien Al-Shabaab sème la terreur au Kenya. Des membres de ce groupe dont l’objectif est d’instaurer la charia dans la région se sont rendus dans une école primaire (Fafi Primary School) au nord-est du Kenya. Ils ont abattu froidement Elly Oloo Ojiema, un enseignant chrétien, sous les yeux impuissants de ses élèves. Les militants ont également enlevé un autre enseignant chrétien, Joseph Kamau, ainsi que son collègue somalien de confession musulmane, alors qu’il essayait de lui porter secours, déclarant être prêt à mourir avec son ami. La réponse des djihadistes n’a pas tardé : “Nous allons te donner une leçon pour avoir protégé les infidèles.” Les militants ont également frappé les musulmans d’origine somalienne qui se trouvaient dans cette école, pour les punir d’avoir collaboré avec des chrétiens. Les pasteurs plaident auprès de l’état kenyan pour que la sécurité de la communauté chrétienne soit renforcée. Durant ces dernières semaines, il semblerait que les adhérents d’Al-Shabaab aient intensifié leur campagne de violences près des frontières somaliennes. Prions pour que Dieu apporte son réconfort et sa protection à la famille d’Elly. (AEP – été 2017)


 
 
 

Nous publions ci-dessous une vidéo ainsi qu’une carte mise à jour sur la persécution des chrétiens dans le monde en 2017 (Etude réalisée par Portes Ouvertes).

 

Cliquez sur l’image pour consulter la carte au format PDF.

 
 

 
 
 

« Par la foi […] Moïse considéra l’opprobre de Christ comme ayant plus de valeur que tous les trésors de l’Egypte, parce qu’il avait les yeux fixés sur la rémunération » (Epitre aux Hébreux 11:26)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !