Chrétiens persécutés – Avril / Mai 2016

Chrétiens persécutés – Avril / Mai 2016 Partager Commenter
Infos chrétiens persécutés – Mai 2016. Réveil spirituel en terre d’islam.

 

Un grand réveil spirituel se poursuit en terre d’islam, notamment en Algérie. Mais partout où des musulmans se tournent vers la foi en Christ, la persécution redouble de violence. Dans certains pays, comme au Yémen, les chrétiens ne reçoivent aucune aide de l’Etat, et dans la plupart des pays arabes la guerre aggrave encore plus leur situation. Peu de nouvelles sont diffusées en Occident (Voir l’article : « Ces martyrs que le monde veut ignorer »), et celles qui nous parviennent confirment que la situation empire dramatiquement dans le monde. Dans trente cinq des cinquante premiers pays où les chrétiens sont le plus persécutés, les groupes islamiques extrémistes en sont les principaux responsables. Ce sont ces groupes et les imams, plus que les Etats eux-mêmes, qui soulèvent les foules contre les chrétiens, comme au Pakistan et au Nigéria. Le Niger est depuis peu tombé sous l’influence de Boko Haram, et au Barheïn l’idée d’un califat comme celui de l’EI fait son chemin.

Cependant les nombreux courriers volontaires qui risquent leur vie pour apporter secours et réconfort, découvrent sur place des chrétiens qui, malgré leur propre dénuement, font preuve de générosité et d’un grand dévouement autour d’eux, apportant partout le témoignage vivant de l’Amour de Dieu.

 
 
 

Au Yémen, une population dans une grande détresse

Le Yémen est un pays très pauvre de 27 millions d’habitants, à 99% musulman, tout au bas de la péninsule Arabique et voisin de l’Oman. On estimait fin 2015 que 80% de la population avaient un besoin urgent d’aide venant de l’extérieur (niveau 3 d’urgence maximale proclamé) à cause de la guerre civile entre sunnites et chiites (que les bombardements de l’Arabie Saoudite sunnite ont déclenchée – des bombes interdites à fragmentation sont utilisées massivement). Avant le conflit, 50% de la population vivait déjà en dessous du seuil de pauvreté. Il s’agit d’une catastrophe au niveau national, et malheureusement l’accès par les organisations humanitaires est très réduit. « Il semble que, dans ce pays, après cinq mois de guerre civile, la situation est pire qu’en Syrie » disait le président du CICR (P. Maurer). Près de deux millions et demi de Yéménites ont perdu leur maison, des milliers sont morts. Malheureusement, tant que les réfugiés de cette guerre n’arrivent pas en grand nombre aux portes de l’Europe, ce conflit semble trop éloigné pour intéresser les pays occidentaux.

Dans les zones contrôlées par l’Arabie Saoudite, tout ce qui n’est pas sunnite est éliminé. Les églises sont détruites et les chrétiens pourchassés à mort. Pourtant l’Eglise clandestine continue de croître. Aidés par les partenaires locaux de l’AEM, les chrétiens soutiennent quelques huit mille personnes régulièrement (eau potable, nourriture, abris, soins), rendant ainsi un témoignage éclatant de l’Amour de Dieu. Une mère de six enfants dont le mari a été tué par une bombe a dit à l’un d’eux : « Vous les chrétiens, vous nous aidez, mais nos frères musulmans arabes nous tuent; pourquoi ? Je ne vois plus rien de bon dans l’islam. C’est seulement grâce à vous que nous pouvons survivre, mes enfants et moi. »

Un chrétien de 32 ans a été tué sous les yeux de sa femme et de ses quatre enfants. Cette famille ne reçoit aucune aide de l’Etat et ne peut en espérer aucune de sa famille qui est musulmane; elle-même en danger, elle a été mise à l’abri par les partenaires yéménites. (Source : AEM- mars 2016)

Les cas de détresse sont innombrables, les moyens de secours et les soins pour les blessés parfois inexistants, les gens ne peuvent que fuir dans les hautes montagnes pour échapper aux extrémistes. Mais les chrétiens, qui se soucient toujours de la communauté, sont un encouragement pour les habitants, et un modèle de fermeté dans la foi, malgré beaucoup de souffrances personnelles.

Dans la péninsule Arabique, beaucoup de gens aspirent à la paix, mais aussi à la vraie liberté. Prions pour que les Arabes puissent connaître l’Amour de Dieu et vivre leur foi sans être en danger de mort. Prions pour que des solutions durables pour la paix puissent être trouvées lorsque des négociations auront lieu en Suisse entre les partie belligérantes.


En Iran

Le pasteur Saeed Abedini a été libéré le 16 janvier dernier lors d’un échange de prisonniers après trois ans d’emprisonnement et de torture. Il était un musulman radical avant de se tourner vers la foi chrétienne. Il avait été arrêté pour « atteinte à la sécurité nationale » : accusé d’avoir fondé des églises de maison qui se rassemblent pour la plupart dans le secret. Il a pu rejoindre sa femme et ses enfants aux Etats-Unis. Son état de santé est considéré comme très mauvais. Prions pour qu’il récupère rapidement, et pour cette famille, ainsi que pour les nombreux chrétiens qui croupissent en prison dans des conditions très pénibles. Les arrestations arbitraires sont multiples; la torture, l’isolement ou l’assassinat sont monnaie courante. Il est officiellement impossible de faire pénétrer des Bibles dans ce pays.

Prions pour la protection des nouveaux chrétiens dans la foi, qui sont en danger de mort si les autorités découvrent qu’ils ont délaissé l’islam. Prions pour qu’ils reçoivent sagesse et courage, la force de partager leur expérience avec leurs familles qui toutes ont tant besoin du message de l’Amour du Dieu de Jésus-Christ.


Au Myanmar et en Inde

Après des décennies de régime autoritaire mais aussi de prières en faveur du Myanmar, un changement est survenu depuis les dernières élections. Des milliers de prisonniers politiques ont été libérés; des centaines de journalistes peuvent maintenant obtenir un visa. Mais des groupes ethniques « rebelles » qui comptent beaucoup de chrétiens sont toujours la cible de l’armée birmane (les guerres civiles se poursuivent le long des zones frontalières). « L’armée pourrait permettre un amendement constitutionnel avant la prochaine élection de 2020 pour laisser la cheffe de file de la démocratie (Aung San Suu Kyi) devenir présidente, si la pression internationale sur l’armée se maintient – et si les prières pour le Myanmar continuent… » (Vishal Arora-Journaliste en Inde sur la liberté de religion). Les dernières infos en provenance de ce pays semblent annoncer une issue favorable.

L’AEP nous fait part de l’ouverture d’un nouvel home pour fillettes en Inde. Des chrétiens bénévoles s’occupent de ces enfants et leur ouvrent un avenir décent en les instruisant. Beaucoup échappent ainsi à la misère. Dans ce pays il n’est pas rare que des enfants soient enlevés, abandonnés ou même vendus par leurs parents. Les fillettes surtout sont rejetées. Les pasteurs qui ont visité les différents foyers pour enfants sont bouleversés en voyant la ferveur de leur foi et les exaucements de leurs prières en faveur de leurs familles, pour ceux qui en ont. Ces enfants élevés avec les enseignements de l’Évangile se convertissent très jeunes et se lèvent pour le service de Dieu. D’une manière ou d’une autre, la majorité d’entre eux deviennent une bénédiction pour leur peuple. Prions pour les frères et sœurs si dévoués qui, en tout lieu, consacrent leur vie, leur temps, leurs forces, au service des plus faibles.


En Corée du Nord

La terrible famine qui sévit et l’absence totale de liberté d’expression s’ajoutent à la persécution impitoyable contre les chrétiens nord-coréens. Le régime stalinien les considère comme de dangereux opposants et emploie tous ses efforts à éradiquer la foi chrétienne depuis 50 ans. Emprisonnement ou exécution immédiate est le sort réservé aux chrétiens. Ceux qui ont pu s’évader des camps décrivent la cruauté inouïe avec laquelle on traite hommes, femmes et enfants, outre le lavage de cerveau. Des milliers sont emprisonnés dans des conditions inhumaines. Ce pays a signé la charte Universelle des Droits de l’Homme !


L’Érythrée

Ce petit pays de six millions d’habitants est surnommé « une prison à ciel ouvert ». On estime à 3 ou 4000 le nombre de chrétiens emprisonnés dans des camps militaires ou dans des conteneurs d’expédition, sous le soleil du désert. Ils sont soupçonnés d’espionnage pour le compte de l’Occident. Toutes sortes d’abus sont permis : torture envers les prisonniers religieux, cruauté, arrestations arbitraires, détention sans charges… Nombreux sont ceux qui fuient leur pays vers l’Ethiopie. Leur courage et leur foi sont pourtant un témoignage puissant et efficace envers les populations locales; et l’on assiste à de nombreuses conversions de personnes anciennement musulmanes ou orthodoxes.

 
 
 

Les atrocités de l’EI (l’Etat islamique)

L’envoyée spéciale de l’ONU, dans le cadre de la campagne contre les violences sexuelles en période de conflits, Z. Bangura, a pu prendre contact avec des jeunes femmes qui ont réussi à fuir les villages conquis par les islamistes, en Irak et en Syrie. Elles ont révélé des pratiques horribles : lorsqu’un village est conquis, les combattants de l’EI séparent fillettes, femmes et hommes appartenant à des minorités religieuses (en particulier chrétiennes et yézidies). Tous les hommes âgés de quatorze ans et plus sont tués, les femmes violées, vendues aux enchères, réservées comme esclaves sexuelles, contraintes de réciter le Coran pendant les agressions… Celles qui résistent subissent de cruels châtiments : aspergées d’eau bouillante, brûlées vives, enfermées puis abandonnées, etc…

En Syrie beaucoup ont dû fuir les villes mais aussi les villages, ne pouvant plus travailler leurs champs à cause des extrémistes qui s’en emparent et qui les menacent. Les jeunes ont peur d’être appelés par l’armée ou par les rebelles. La misère et la terreur règnent dans ce pays à feu et à sang depuis plusieurs années maintenant. En Irak également beaucoup de chrétiens se sont réfugiés vers l’Ouest du pays, protégé par l’armée Kurde. Les islamistes ont pris leurs maisons, leurs voitures; les églises sont utilisées comme étables pour les animaux. Les enfants ne peuvent plus fréquenter l’école. Dans les zones encore « libres » l’insécurité est oppressante. Ceux qui restent s’occupent des réfugiés quand ils le peuvent avec beaucoup de courage et de foi, conscients du danger mais sans craindre pour leur vie.

(Source : AEM – 04/2016)

Au Soudan : On estime à deux millions le nombre de personnes mortes à cause de la longue et terrible guerre civile entre le nord et le sud du pays, entre musulmans et chrétiens, depuis plus de vingt ans. La famine y sévit, entre autres conséquences, et le nombre des réfugiés dépasse les quatre millions et demi. Les villages chrétiens sans défense sont attaqués, les hommes sont tués et les femmes et les enfants capturés pour devenir esclaves. Les hôpitaux, les écoles, sont bombardés, ainsi que les édifices religieux pendant les offices, pour tenter d’éliminer les chrétiens. Dans les camps de réfugiés, l’horreur règne : ceux qui refusent de se convertir à l’islam sont tous torturés, affamés, les femmes violées et mutilées… Tout cela au nom du djihad, la guerre sainte. Plus de personnes seraient mortes au Soudan qu’en Bosnie, Tchétchénie, Kosovo, Rwanda et Somalie réunis !

En Occident, pas de manifestations, la situation est largement ignorée, bien que les observateurs des droits de l’homme affirment que le Front National Islamique viole toutes les prescriptions de la Déclaration Universelles des Droits de l’Homme ! Cette région du monde n’intéresse personne. (Article « Ces martyrs que le monde veut ignorer »)

Nous qui savons, n’oublions pas ceux qui affrontent la mort quotidiennement, au travers de tant de souffrances, plutôt que de renier leur foi en Jésus-Christ, le Sauveur de tous les hommes.

 
 
 
 

« Elle a du prix aux yeux de l’Éternel, la mort de ses fidèles […] L’Éternel est pour moi, je ne craindrai rien : que peuvent me faire les hommes ? L’Éternel est mon secours ! » (Psaume 116:15 et 118:6-7)

 

« Je Suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en Moi vivra, quand bien même il serait mort. Et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » (Jésus-Christ dans l’Évangile de Jean 11:25-26)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !