Chrétiens persécutés – Septembre / Octobre 2016

Chrétiens persécutés – Septembre / Octobre 2016 Partager Commenter
La population des chrétiens disparaît dans certains pays d’Afrique et du Moyen-Orient… Infos persécution 2016.

 
 

Agir en tant que chrétien dans un environnement musulman exige beaucoup de sagesse et de tact, mais il faut par dessus tout l’amour surnaturel qui vient de Dieu. Il faut être prêt à risquer sa vie pour aider ceux qui sont en situation d’urgence extrême. C’est le cas de beaucoup en Syrie, en Irak, en Tunisie…, qui restent au milieu de la persécution et du chaos alors qu’ils pourraient fuir et se mettre à l’abri. Mais ils rendent un témoignage vivant de l’Évangile de Christ parmi leur peuple, et parfois les fruits de leur travail traversent les frontières, jusqu’en Occident libre où l’on se rend difficilement compte de la souffrance de nos frères dans la foi… Voici quelques nouvelles réjouissantes et dramatiques tout à la fois, relevées dans les dernières publications de l’AEM :

 
 
 

En Iran : témoignage d'un prisonnier exécuté

Alireza Asadi a été arrêté pour trafic de drogue. Dans son pays d’origine, cela signifie la peine de mort. Il fut condamné en été 2015. Quatre vingt dix neuf pour cent des personnes condamnées à mort prennent de la drogue en prison, a t-il raconté à son frère par téléphone. Mais pas lui, car suite au passage d’un prisonnier chrétien dans sa cellule, il a compris que Dieu était le vrai Dieu, et il a reçu la paix de Sa présence. C’est arrivé environ un an après son arrestation. Il a saisi toutes les occasions de parler de Jésus à tous ceux avec lesquels il trafiquait de la drogue, même le jour précédant son exécution : « Dans un jour ou deux je vais mourir; et j’espère que cela ne se produira pas pour vous, disait-il à ses amis. En fait, je veux vous dire que la meilleure expérience de ma vie est d’avoir rencontré Jésus-Christ. Je ne veux pas vous forcer à quoi que ce soit mais, s’il vous plaît, apprenez à le connaître. Si vous ne lisez que deux phrases de la Bible, vous ne voudrez plus jamais la refermer ! »

Son désir était de sortir de prison pour donner son témoignage dans les églises et raconter les merveilles qu’il avait vécues. Cette demande n’a pas été accordée. Il a été exécuté en prison le 27 août 2016. Toutefois il a demandé à son frère de répandre son témoignage dans le monde entier. Face à la mort, il se sentait en paix et se réjouissait de contempler l’éternité grâce à la foi et à l’espérance qu’il avait en Jésus-Christ : « Je crois qu’une nouvelle ère commence pour moi maintenant. Et elle sera tellement plus agréable que la vie dans ce monde; j’y crois de tout mon cœur. Enfin je vais trouver la paix. Je n’ai plus de stress, pas de sentiments négatifs et je sais que tout ira bien ! »

(Source : réseau social Facebook)


Au Yémen : une réalité effrayante

Depuis mars 2015 l’Arabie Saoudite bombarde la région pauvre du nord du Yémen, trop éloignée pour faire les gros titres des médias occidentaux. Pourtant dix mille morts sont à déplorer, trois millions sont en fuite et plus de sept millions cinq cent mille souffrent de la faim. Environ 80% de la population dépend de l’aide extérieure. Dans le sud, al-Qaïda a pratiquement pris le pouvoir et recherche activement les chrétiens clandestins pour lesquels n’existe aucune pitié quand ils sont pris.


En Syrie : une situation dramatique

La plupart des réfugiés ont trouvé abri dans les provinces Kurdes en Syrie et dans le Kurdistan au nord de l’Irak. Depuis trois ans se sont créées près des petits villages d’énormes villes de tentes de 25 à 40 000 immigrants. On imagine mal les conditions de survie de tous ces malheureux. L’approvisionnement en eau est insuffisant. 90% de réfugiés ne vivent pas dans des camps officiels. L’économie est ruinée, les meilleurs salaires ont diminué d’au moins douze fois, alors que les prix ont augmenté d’autant ! La misère est grande, les enfants sont envoyés pour mendier. Les champs ne sont plus cultivés…

Beaucoup d’hommes d’affaires et d’intellectuels fuient le pays, mais d’innombrables personnes ne peuvent pas émigrer à l’Ouest. Les extrémistes sur place s’emparent des possessions de ceux qui ont fui. En Europe d’autres minorités sont menacées par des extrémistes à l’intérieur même des camps de réfugiés. Les défis d’intégration sont immenses…

Dix sept millions sont encore dans le pays, qui ne reçoivent pas autant d’aide que dans les camps des ONG à l’extérieur. C’est à cela que s’emploient les chrétiens restés sur place, remplissant un rôle d’intermédiaires entre les autorités et la population pour la distribution des secours.

(Par le responsable de projets de l’AEM au M-O)


Au Vietnam : un contexte toujours difficile

Un pays de 94,3 millions d’habitants, dont 81% d’athées, 9% de bouddhistes et 7% de chrétiens. Le Vietnam s’est ouvert à l’économie et au tourisme, mais l’idéologie au parti unique de l’Etat est toujours communiste. Les chrétiens sont considérés comme une menace et sont donc surveillés, discriminés, opprimés, menacés et subissent des violences. Mais l’Eglise clandestine grandit, et les dirigeants ont besoin de beaucoup de sagesse et de courage, tel ce pasteur qui a passé 7 ans en prison :

« J’ai passé presque toute ma vie à servir les minorités ethniques dans les régions reculées du pays. J’avais 16 ans lorsque Dieu a mis ces populations sur mon cœur… Les années passées en prison ont été dures, j’étais aussi astreint aux travaux forcés. Ma femme et mes 4 enfants ont dû se débrouiller seuls, sans mari et sans père. Toutefois je ne regrette pas ces années. Durant 7 ans, je me suis préparé et j’ai préparé mon ministère après la captivité. Si, en prison, je n’avais pas eu ces moments avec Dieu, je n’aurais pas pu le servir comme je le fais aujourd’hui ».

Ce pasteur dirige un réseau chrétien qui comprend des écoles bibliques, des centres de formation, des camps pour enfants et jeunes, une aide d’urgence et un soutien aux persécutés. La pression internationale assouplit la situation mais les églises non enregistrées officiellement n’ont pas le droit d’exister. Les chrétiens ont la vie difficile, des pasteurs sont encore emprisonnés, parfois arrêtés sur de fausses accusations. Une fois libérés beaucoup sont placés en résidence surveillée.

 

Témoignage : Parmi les plus pauvres, qui n’ont pas accès aux soins médicaux, beaucoup obtiennent des guérisons par la prière. Cela se répand et l’Eglise s’accroît. En voici un exemple, donné par le pasteur qui a passé sept ans en prison :

« Le mari d’une femme docteur de la médecine traditionnelle est tombé gravement malade. Elle a sacrifié tous les animaux de la famille afin « d’apaiser les esprits », sans succès. Ils se sont rendus à un hôpital lointain. En vain. La santé du mari se détériorait rapidement. La femme a entendu dire qu’il y avait des chrétiens dans un village voisin et elle leur a demandé de prier pour lui. Il a été immédiatement guéri. Elle s’est convertie, et avec elle toute sa famille et bien d’autres personnes de son entourage !

La police a emmené cette femme et d’autres personnes au poste. Son influence leur paraissait dangereuse, aussi ils lui ont demandé de renoncer à sa foi. Une foule de gens s’étant rassemblée devant le poste de police pour manifester sa solidarité avec la famille, les fonctionnaires sont sortis avec elle pour lui redemander de renier sa foi. Elle a refusé et a reçu des coups de pieds. Elle a crié et est tombée par terre. L’un de ses fils a demandé en vain d’être autorisé à conduire sa mère à l’hôpital par peur de la voir mourir; la police l’a aussi frappé en criant : « Plus il y a de chrétiens qui meurent, mieux c’est ! »

La peur a d’abord régné; mais les chrétiens sont restés fidèles à leur foi, se sont soutenus et ont vécu des miracles. Deux ans plus tard, le nombre d’églises dans la région avait quadruplé. Juste en dehors du village, les chrétiens se sont réunis avec les fondateurs d’églises de mon réseau pour étudier la Bible. Les villageois l’ont su et ont été impressionnés. Encore plus de personnes sont venues à la foi.

L’un des objectifs de mon ministère est l’enseignement chrétien aux jeunes, car au Vietnam on enseigne aux enfants qu’il n’y a pas de Dieu. Lors de ces études il se forme des groupes de nouveaux convertis qui se réunissent en églises de maison, puis deviennent à leur tour de grandes églises… »

Prions pour que les autorités reconnaissent que les chrétiens sont des citoyens pacifiques.


A Jérusalem : une oeuvre de réconciliation

Une oeuvre humanitaire, « Seeds of Hope » fut fondée à Jérusalem en 2006 par Tass Saada et sa femme. Elle a pour but d’apporter aide et espoir à la fois aux peuples palestinien et israélien, de construire un pont entre Arabes et Juifs et de promouvoir la paix, la tolérance et l’amour. Saada est un Palestinien, ancien sniper de l’OLP, qui fut proche de Yasser Arafat. Il était connu sous le nom de « The Butcher » mais il a rencontré Jésus-Christ. Musulman dévoué entièrement à la destruction d’Israël, il fut changé en un homme rempli d’amour pour ce pays et pour le peuple juif.

D’abord réfugié aux Etats-Unis, il écrit : « Le seul moyen de rendre l’espoir et la paix perdue au cours des soulèvements des 15 années passées était de quitter l’Amérique pour revenir sur la terre et travailler des deux côtés de la Ligne Verte.

Différentes structures ont été ouvertes : une école en anglais à Jéricho pour des enfants arabes de 3 à 4 ans, hautement prisée par les parents. L’enseignement et les autres tâches sont assurées par des volontaires; il y avait déjà une liste d’attente complète seulement un an plus tard. Dans le même bâtiment existe une petite clinique avec des équipes de volontaires qui prodiguent des soins aux habitants les plus pauvres de Jéricho. D’autres projets voient le jour, en faveur des Juifs pauvres de Haïfa, ainsi qu’une école pour enfants arabes et juifs à Hamle.

De nombreux chrétiens évangéliques témoignent de leur amour pour la population juive ou arabe en Israël, par leur engagement désintéressé au travers d’œuvres semblables à celle fondée par Tass Saada. Ils se tiennent également aux côtés des Arabes chrétiens qui sont durement persécutés par leurs frères palestiniens et en même temps rejetés par les Juifs religieux.

La communauté arabe chrétienne de Bethléem souffre particulièrement, avec un taux de chômage très élevé et donc beaucoup de pauvreté; Lors des affrontements entre soldats israéliens et Palestiniens les chrétiens sont la cible des tirs des deux côtés. Ces familles dont on parle si peu ont réellement besoin de notre soutien. Ne les oublions pas.


 
 
 
 

Le Seigneur Dieu hâte les choses en leur temps…

En quelques décennies seulement le visage de la société s’est métamorphosé dans certaines régions du monde. La tribu asmat de Papouasie par exemple, en 1960, n’avait ni stylo ni papier, personne ne savait lire ou écrire, ni n’était capable de déchiffrer les images avec lesquelles le missionnaire essayait de leur parler du message de la Bible. Il n’y avait ni radio, ni télévision, ni école. Leurs connaissances se limitaient à des guerres tribales et à la chasse dans la jungle pour se nourrir. Le missionnaire dut ouvrir des écoles de village et enseigner aux enfants comment lire. Cela a été le début d’une explosion de connaissances au niveau tribal. Maintenant il y a des écoles dans tous les villages, et certains étudiants ont obtenu des diplômes universitaires !

En Inde, on compte plus d’étudiants bardés d’excellence que l’Amérique a d’enfants… A cause de l’évolution technologique, les chercheurs prédisent que 65% des enfants d’aujourd’hui seront occupés à des emplois qui n’existent pas encore : il y avait mille appareils avec accès internet en 1984, un million en 1992, cent millions en 2008, et dix milliards en 2008 !

 
 

Le prophète Daniel a dit : « Beaucoup courront ça et là, et la connaissance augmentera », mais il annonce aussi un temps de détresse tel qu’il n’y en a jamais eu de semblable depuis le commencement, ce qu’a repris le Christ dans les mêmes termes. (Da. 12:1-4 et Matt.24:21). Aujourd’hui nous « courrons », voyageant à travers le monde à grande vitesse, et nous sommes aussi confrontés à de grands troubles. Il y a des attentats terroristes dans de nombreux pays, récemment dans le centre-ville de la capitale d’Indonésie; des femmes sont attaquées, agressées dans les lieux publics, l’insécurité grandit partout.

En Indonésie les chrétiens sont persécutés, sous la pression des islamistes radicaux. Il est vrai aussi qu’avec l’explosion de la connaissance l’Évangile a été répandu, par la page imprimée, la radio, les chants, l’internet… Les églises n’ont pas d’autorisation pour construire mais rien ne peut empêcher leur croissance; les chrétiens se rassemblent dans des hôtels, nombreux à être favorables aux chrétiens. (D’après Golden Quill Publication).

 
 
 
 

Nous publions ci-dessous une nouvelle carte mise à jour sur la persécution des chrétiens dans le monde en 2016 (Etude réalisée par Portes Ouvertes).

 

Cliquez sur l’image pour consulter la carte au format PDF.

 
 
 

« Ceux qui auront communiqué la sagesse brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité ! » (Daniel 12:3)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !