Déni et admiration : le paradoxe

Déni et admiration : le paradoxe Partager Commenter
Infos du Moyen-Orient. Le pays dont l’histoire prend sa source dans la Bible est une terre de paradoxe, et les jugements qu’il suscite ne contredisent en rien cette particularité…

 
 
 

Calomnié, sans-cesse condamné à l’ONU, L’Unesco ayant poussé le ridicule jusqu’au déni de ses lieux saints plusieurs fois millénaires, ce pays force pourtant l’admiration…

Aujourd’hui les pierres crient et dans tous les domaines, l’évidence est là : la renaissance extraordinaire de ce minuscule point de terre, oublié de tous pendant près de deux mille ans, provoque dépit et jalousie chez ses nombreux ennemis, mais il laisse sceptiques ceux qui, étrangement, semblent changer depuis peu leur approche d’Israël (Voir la déclaration du prince saoudien au bas de l’article).

Le changement le plus récent est en effet à souligner : le Royaume d’Arabie Saoudite a cessé de bloquer l’accès aux journaux israéliens en ligne. Il assume progressivement ses relations avec Israël par des rencontres au sommet entre les parties, des déclarations favorables au rapprochement et aujourd’hui par la normalisation des médias. (Désinfos.com – 13/10/2016)

 
 
 

Culturellement : Les valeurs du judaïsme proclamées au mont Sinaï sont universelles, toutes inscrites dans la Charte de l’ONU. Qu’il s’agisse de la dignité humaine, de la liberté, de la justice et de la paix, ou bien de la protection des enfants et de l’importance de l’éducation (qui selon L’UNICEF sont « une considération primordiale ») ainsi que d’une multitude d’autres principes fondamentaux. Qu’on le veuille ou non, la Bible est le fondement de notre civilisation. Avant on parle de peuples barbares.
En Europe, les églises sont désertes, les gens n’ont plus la foi, mais ils aspirent à la paix sur la terre (justement celle de la Bible et du Messie !) tout en continuant à mépriser les juifs, et en œuvrant pour que disparaisse le seul Etat démocratique du Moyen-Orient !

 
 

Efficacité et défense nationale : La finalité du terrorisme islamiste, aujourd’hui de portée internationale, et auquel la France doit faire face, c’est la destruction du contrat social occidental.
En juillet 2016 l’Ambassade d’Israël à Paris a diffusé un ouvrage portant le titre L’exemple israélien face à la menace terroriste , saluant la prise de conscience de la France qui souhaite s’inspirer de l’expertise israélienne en matière de terrorisme.
Le modèle antiterroriste israélien a d’abord analysé les mobiles invoqués par ses auteurs. Le terrorisme était initialement prôné dans la Charte de l’Olp (désormais appelé pudiquement « Fatah » pour éviter qu’il soit fait un lien entre les deux termes) qui a institué le concept de palestinien et l’a associé à celui de combattant pour chasser les juifs de la Palestine mandataire. Le terrorisme trouvait alors son fondement dans une sorte de réflexe national inventé.
C’est le terrorisme palestinien qui a conduit Israël à prendre les mesures pour s’en protéger, non la politique israélienne qui a généré les comportements terroristes…Seule la renonciation collective des palestiniens aux opérations terroristes contre les juifs leur permettra de disposer d’une plus grande liberté de mouvement.
(D’après B. Ramas Muhlbach sur jforum.fr – Extraits)

 
 

Domaine scientifique : Israël est connue dans le monde des hautes technologies comme étant la Start-Up Nation. La prestigieuse revue Business Insider a demandé aux dirigeants de Facebook, de Google et de Microsoft d’expliquer pourquoi ils utilisent Israël pour leur Recherche & Développement.
L’un des responsables de Google sur la composante du développement, Don Dodge, a déclaré: « Mon travail chez Google est de voyager partout dans le monde et de parler aux développeurs et aux start-up, ainsi qu’aux investisseurs. Je me suis rendu partout sur la planète : en Chine, au Japon, en Australie, dans toute l’Europe, dans les pays nordiques, partout. Il n’y a aucun autre pays sur terre qui pense de la même façon qu’Israël » (Europe-Israël par D.K. – 10/10/2016).
Alors qu’Israël représente 0,2% de la population mondiale, il remporte 28% des prix Nobel de médecine, 26% en physique, 38% en économie, 19% en chimie, 13% en littérature, 10% pour la paix, etc… Seuls les Américains ont un pourcentage plus élevé de prix Nobel, mais parmi eux 20 % sont obtenus par les Juifs, qui ne sont que 13 millions sur les 310 millions d’Américains ! Une intelligence et des qualités mises au service de l’humanité, dans l’utilisation générale de ses technologies aussi bien que par ses interventions de secours sur les lieux de sinistre partout dans le monde.
Israël se classe à la deuxième position des pays les plus avancés dans le monde en matière d’innovation, d’après le magazine économique « Business Insider ».

 
 
 
 

Le retour du monstre

« Cela fait 15 ans qu’en France et en Europe on assiste à cette situation absurde où les citoyens se retrouvent à devoir informer des médias devenus dramatiquement délirants. Cela fait plus de 15 ans que la presse, subventionnée par les différents pouvoirs successifs, mène une campagne contre les juifs et leur Etat… Les années ont passé et le mal s’est installé. Après chaque article évoquant Israël, je devrais dire souillant Israël, il suffit de lire les commentaires postés par des lecteurs emplis de haine et d’une ignorance entretenue volontairement – oui j’insiste, volontairement – pour voir que la bête immonde resurgit en Europe. Cet antisémitisme, issu des élites et submergeant désormais les peuples, est tellement omniprésent qu’on ne le voit même plus… » (A. Legaret)

Un exemple de propagande sournoise : le 30 mai 2014 une rubrique de l’Agence Reuters publie : « Première victoire internationale pour les footballeurs palestiniens depuis la création de la Fédération palestinienne de football en 1928, vingt ans avant la naissance de l’Etat d’Israël ! », laissant au passage un message politique très subtil : preuve que le peuple des palestiniens existe depuis cette date au moins, et qu’Israël est venu plus tard pour se substituer à eux et les voler !

Sauf que, en 1928, la Fédération palestinienne en question était composée de Juifs, son hymne était l’Hatikva, l’hymne israélien d’aujourd’hui, et que l’appellation palestinienne évoque la société juive locale d’alors, tout comme le journal sioniste Palestine Post fut appelé Jérusalem Post après la création de l’Etat d’Israël en 1948… Antisémitisme pur, qui passe par le conditionnement des peuples, une diabolisation des Juifs et de leur Etat, pour ensuite justifier le crime. Ces médias ne font plus leur travail. Ils détruisent les esprits et les consciences. Ils tuent la vérité et détruisent l’humanité.

  Après la Shoah, l’épuration des Juifs toujours nécessaire à la paix !

Dans une vidéo récemment publiée, le Premier Ministre israélien a dénoncé l’exigence de l’Autorité palestinienne et du monde musulman d’une Palestine nettoyée de la présence de tout juif. Un état comme l’aurait souhaité Hitler pour l’Europe, voire plus. Une exigence jamais dénoncée par les puissances occidentales pourtant tant soucieuses des droits de l’homme. Homme non juif semble t-il.

« J’ai toujours été perplexe quant à l’affirmation que les localités juives de Judée-Samarie sont un obstacle à la paix. Personne ne pourrait sérieusement prétendre que les deux millions d’Arabes vivant en Israël sont un obstacle à la paix. Ils ne le sont pas. Au contraire » a déclaré le premier ministre israélien. La diversité d’Israël exprime son ouverture d’esprit et sa volonté pour la paix. Pourtant, les dirigeants palestiniens exigent un Etat palestinien avec une condition préalable : pas de Juifs. Cette demande de nettoyage ethnique est purement scandaleuse ». (Benjamin Netanyahou – Y.T. lemondejuif – 09/9/2016)

Remarquons « l’honnêteté » de l’AFP qui, suite à ce clip vidéo, a titré : « Israël : Netanyahou critiqué après avoir parlé de nettoyage ethnique » (! ?)


 
 
 

Après 2000 ans d’errance, Israël a fait revivre son état et sa langue dans une terre aride et délaissée. (Voir articles « Un grand mystère : le peuple de la Bible », « Le désert a refleuri »)

Ce pays est devenu une puissance économique, technologique et militaire. L’idée du retour à Sion a germé au cours des siècles et s’est manifestée au grand jour au XIXe siècle, notamment lorsque Herzl fonda le mouvement sioniste en 1897. Le Premier ministre Ben Gourion partagea sa vision de société ouverte et juste avec les réfugiés et les immigrants venus des quatre coins de la planète. Les guerres de survie n’ont pas altéré la vitalité de la démocratie. (Extrait de D. Bensoussan)

 
 
 

La vérité sur des faits historiques falsifiés et volontairement oubliés

Depuis que les Juifs ont établi leur indépendance dans le pays d’Israël voici 68 ans, on essaye de prouver qu’ils n’ont aucun droit sur cette terre, même pas dans le cœur historique de leur patrie, d’où ils tirent leur nom : la Judée ! Tout repose sur une série de mensonges, au mépris des règles du Droit International Public.

-A la fin de la première guerre mondiale, les puissances de l’époque rouvrent la Palestine, alors sous Mandat Britannique, à l’immigration du peuple juif. Un Foyer National Juif est créé, c’est le Traité de San Rémo par lequel les Nations reconnaissent le droit (préexistant) inaliénable du peuple d’Israël sur sa patrie.

-En 1921 les Anglais attribuent 80% du territoire aux Arabes, créant ainsi l’Emirat Arabe de Jordanie (actuel Royaume de Jordanie peuplé d’ailleurs à 60% de Palestiniens). Les juifs devront organiser leur propre défense face aux attaques incessantes des tribus arabes, soutenues par les Britanniques qui de plus font tout pour restreindre l’arrivée des immigrants et l’achat des terres par les Juifs (Voir article « Les droits bibliques et historiques d’Israël »)

-Après la seconde guerre mondiale, en novembre 1947, le plan de partage de l’ONU propose l’établissement d’un Etat juif et d’un Etat arabe sur les 20% qui restent de la Palestine. Les Arabes refusent ce plan.

– Le 14 mai 1948, Israël déclare son indépendance conformément au plan de partage de l’ONU.

– Immédiatement, dans la nuit du 14 au 15 mai 1948, commence la grande offensive des armées arabes, la première, pour détruire le jeune Etat juif. La Jordanie s’empare illégalement de la Judée-Samarie (Transjordanie) avec l’aide des Anglais, et l’Egypte fait de même avec la région de Gaza. Israël se retrouve alors en grande précarité.

-1967 : c’est la guerre des six jours. Sept pays arabes s’unissent pour anéantir le jeune Etat, et le monde entier observe et attend… Mais 22 ans après la Shoah, la volonté inébranlable des Juifs de survivre conduit l’armée de défense d’Israël à une victoire éclatante, inexplicable aux yeux des spécialistes. Israël libère le cœur de Jérusalem et se rend maître de la Judée-Samarie, de Gaza, du plateau du Golan et du Sinaï.

Israël est en droit d’établir sa population sur les régions « disputées » de son pays qui n’ont jamais appartenu de droit à aucun autre. Israël se doit seulement de respecter les droits des populations non juives déjà installées lors du Traité de San Rémo (voir le texte de la proclamation d’indépendance – article « Droits bibliques et historiques d’Israël)

Au fil des années beaucoup de concessions ont été faites en échange de promesses de dialogue au lieu de la violence. Promesses toujours violées par Arafat et son successeur. Près de 10 000 israéliens juifs prospérant à Gaza furent évacués, Israël espérant la faveur des Occidentaux. Mais les Palestiniens détruisirent les infrastructures et la région devint aussitôt une base de lancement pour des milliers de missiles contre les villes et les villages israéliens, ce qui conduisit à la Guerre de Gaza été 2014. Jusqu’à ce jour la moindre riposte d’Israël provoque un tollé de condamnations et de calomnies dans tout l’occident, sans parler du monde musulman.

———————-

« Pourquoi donc imputer la Nakba à l’Etat d’Israël alors que ce sont ses voisins qui occupent en 1948 les « territoires palestiniens » présumés ? Les Palestiniens auraient dû logiquement s’en prendre à l’Egypte et à la Jordanie puisque ce sont elles les puissances occupantes qui ont pris ces territoires (proposés par l’ONU d’après le plan de partage en 1947 pour un Etat palestinien, mais refusés par les Arabes).

Quant à la Galilée, elle est toujours aujourd’hui abondamment peuplée d’Arabes israéliens qui n’ont jamais été forcés de partir en 1948 lors de la Déclaration d’Indépendance de l’Etat d’Israël, et qui y mènent une vie tranquille. Ils ne sont pas stupides : ils savent très bien qu’après les rois et les dictateurs, ce sont eux les Arabes les plus libres et les plus émancipés du Moyen-Orient.

Enfin, les mauvais esprits qui veulent absolument rendre Israël coupable des malheurs de la région, invoqueront alors la prise de Gaza et de la Judée-Samarie par l’Etat juif lors de la deuxième grande offensive des pays arabes pour le détruire en 1967.

Ils auront quand même beaucoup de mal à expliquer pourquoi entre 1948 et 1967, les Palestiniens n’ont jamais imputé la Nakba à l’Egypte et à la Jordanie, pourquoi ils n’ont jamais appelé alors ces territoires, les « territoires palestiniens occupés », et pourquoi ils n’ont jamais pensé à créer leur état entre ces deux dates ». (A. Legaret)


 
 
 

« Les territoires « occupés » par Israël sont le résultat de guerres déclarées contre lui et qu’il a gagnées. Il s’agit d’une conformité aux droits inhérents à la résolution de tous les conflits dans l’histoire et sous toutes les latitudes. » (Pierre Saba- 30/04/2016)

Aujourd’hui, le Proche Orient est à feu et à sang, Arabes contre Arabes, des crimes horribles sont commis par milliers sur des enfants, des femmes et des vieillards (Voir article « Ces martyrs que le monde veut oublier »). L’Iran avec lequel traitent les occidentaux détient pour sa part le record d’exécutions, et des voix s’élèvent au sein même du pays pour dénoncer les tueries de masse barbares récentes contre les opposants au régime… L’Arabie Saoudite bombarde et assassine des milliers de civils au Yémen. Partout sur la planète les catastrophes humanitaires se multiplient à cause de la guerre et de la corruption…

Mais au regard de l’ONU, et des titres de la presse en général, Israël apparaît comme le grand ennemi à combattre, l’auteur de crimes génocidaires et de non respect des droits de l’homme…

 
 
 

Deux poids deux mesures

Lors du rassemblement annuel Reprendre le sionisme, Yair Lapid, président du parti Yesh Atid, a répondu aux attaques antisémites de la ministre suédoise des Affaires étrangères, qui ne reflètent pas la réalité sur le terrain.

« Si la ministre suédoise des Affaires étrangères est si inquiète de l’état des Droits de l’Homme au Moyen Orient, elle devrait parler de l’utilisation des enfants comme terroristes ou boucliers humains, de la discrimination contre la communauté LGBT dans les territoires contrôlés par l’Autorité palestinienne (AP), de l’incitation à la violence répandue par l’AP contre les juifs, comparable au journal de propagande nazie Der Stümer, ou encore de l’exploitation des femmes dans la bande de Gaza, et de la situation des droits de l’Homme en Iran » (Times of Israël -31/08/2016)

 

Israël juge absurdes les propos de l’ONU sur la colonisation « Les propos de N. Mladenov constituent une distorsion de l’Histoire et du droit international » a répliqué dans un communiqué le porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu, David Keyes. « Les juifs sont à Jérusalem et en Judée-Samarie (Cisjordanie) depuis des milliers d’années et leur présence n’est pas un obstacle à la paix » a-t-il dit. « L’obstacle à la paix, c’est cette entreprise sans fin visant à dénier les liens entre le peuple juif et une partie de leur terre historique… Prétendre qu’il est illégal pour les juifs de construire à Jérusalem est aussi absurde que prétendre qu’il est illégal pour les Américains de construire à Washington ou pour les Français à Paris » a-t-il ajouté. (Extrait – Europe1.fr -31/08/2016)

 

Le mur de Calais et le mur en Israël : quelles sont les différences ? Le « mur » israélien est une barrière sur 97% de son tracé. C’est un « mur » de sécurité, construit contre les infiltrations terroristes, qui a fait chuter le nombre d’attaques kamikazes de près de 100%. Ce « mur » israélien est qualifié dans le monde entier de « mur d’apartheid » alors qu’il sépare deux peuples, dont l’un deux est enfermé entre le mur et la mer, et l’autre est entouré de dizaines de pays arabes et musulmans qui se soutiennent pour détruire Israël. Le mur de Calais ne recueille quasiment aucune critique et surtout pas celle d’apartheid. De fait, quand Israël construit une barrière de sécurité, l’ONU, les journalistes et les ONG le dénoncent et réclament l’arrêt de la construction de ce programme anti-terroriste. Mais quand la France souhaite, au nom de la Grande-Bretagne, empêcher de pauvres migrants et réfugiés de traverser la frontière et de survivre, tout le monde laisse faire. Décidément, rien n’y fait ! Aux yeux du monde, la vie des juifs n’a vraiment pas la même valeur que celle des autres ! Par Ariel Melles (Lemonde.co – 19/10/2016)

 

Est-ce possible ? L’ONU demande l’immunité pour l’un de ses employés, membre du Hamas et coupable de gigantesques détournements de fonds et de matériel ! Wahid Al-Borsh, ingénieur de formation, a été arrêté en juillet 2016 par le Shin Bet après une minutieuse enquête et il est emprisonné depuis en Israël. Cet individu a effectivement œuvré pour le développement, mais pas celui que l’on croit et que l’ONU est censé promouvoir. A la demande du Hamas, il a durant des années contribué au développement des infrastructures militaires de l’organisation terroriste en détournant allègrement fonds et matériaux destinés aux besoins humanitaires de la population de Gaza. Dany Danon a opposé une fin de non-recevoir à la demande de l’ONU, indiquant avec raison « qu’Israël n’a pas l’intention d’accorder la moindre immunité à des terroristes ou à des complices qui veulent lui porter atteinte ». L’ambassadeur a retourné l’exigence en demandant à l’ONU d’entreprendre une sérieuse réforme dans le mode de fonctionnement des organismes humanitaires, notamment les critères d’embauche de leurs employés et la supervision de la circulation de l’argent et des matériaux. (Sh. Blum pour Europe-Israël-26/08/2016)


 
 
 

« Israël est le seul lieu au Moyen-Orient où les journalistes peuvent exercer leur métier sans se faire expulser, ou se faire emprisonner, ou même tuer. La densité des journalistes y résidant est d’ailleurs impressionnante. J’ai renoncé à trouver une lueur d’espoir dans ce vaste monde arabe, et je dois avouer qu’Israël est aujourd’hui pour moi le seul havre de sécurité, un Etat où l’on est assuré d’y travailler dans la dignité et de revenir vivant, l’Etat que nos démagogues continuent d’appeler « entité supposée. » (Nabil Sharaf elDine – Journaliste et analyste politique égyptien).

 
 
 

Déni ou complicité ?

Lorsqu’une sommité morale et religieuse comme le Pape refuse de nommer les choses, disant que l’Islam n’a rien à voir avec la violence, le monde est au plus mal. Cette forme de déni est terrible, car elle occulte le génocide actuel des chrétiens d’Orient, massacrés par les fous d’Allah… (Les 21 Coptes en Egypte ont été décapités car ils refusaient de se convertir à l’islam)

Crucifixions, mutilations, viols, décapitations et toutes sortes de tortures abominables sont infligées au nom de l’islam du Coran, unique et irrévocable, dans quantité de pays aujourd’hui. L’Europe commence à en découvrir l’horreur sur son propre sol, ainsi que l’ont prédit de nombreuses voix depuis quelques décennies; des voix étouffées dans le chaos médiatique et les belles déclarations de ceux qui nous gouvernent […]

Comment réformer une religion irréformable ?

Aujourd’hui en notre 21e siècle, le Christianisme a fait sa réforme, Dieu merci. Mais l’Islam ne peut (ou ne veut) pas la faire. Les versets du Coran sont clairs, il faut tuer les infidèles et imposer la charia. Ne fallait-il pas le dire, le dénoncer, et mettre les Musulmans soi disant modérés au pied du mur ? … Que font-ils d’ailleurs ces Musulmans “modérés” pour se démarquer des terroristes Islamistes ? Il est plus facile de se mobiliser contre Israël que contre la barbarie islamique.

Abdellah Tourabi, chercheur, politologue et islamologue marocain dénonce le principe du « pasdamalgame » : « Les adeptes de Daech appliquent le Coran à la lettre, font des hadiths le fondement même de leur vie quotidienne, et veulent reproduire intégralement la première forme politique connue de l’Islam, le califat. Leur univers est certes fantasmé et anachronique, mais il correspond à une réalité qui a existé il y a 14 siècles. Le nier ou refuser de le reconnaître serait un aveuglement ». L’embrassade du Pape avec Ahmed al-Tayeb, grand imam d’al-Azhar est explicite. Quel fruit peut-il sortir d’une telle union ? On sait ce que cela a donné avec Hitler en Europe et Hadj Amin al-Husseini, grand mufti de Jérusalem. On ne traite pas avec de tels ennemis […]

« Paix, paix, disent-ils… »

Le prophète Jérémie (9:8) nous avertissait : « Leur langue est un trait meurtrier, ils ne disent que des mensonges ; de la bouche ils parlent de paix à leur prochain, et au fond du cœur ils lui dressent des pièges ».

Notre époque est vraiment le temps du déni, de la négation, du refus de dire la vérité… le temps de la désinformation médiatique et d’une politique sordide. Nous sommes dans le règne du mensonge, ou pourrait-on dire celui du Menteur, celui qui appelle bien ce qui est mal. Jésus l’a défini ainsi : « Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge ». Il est satan, le diable ou le destructeur. Daniel (9:27) le nomme le dévastateur : « Le dévastateur (shamem) commettra les choses les plus abominables, jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur ». Voilà la bonne nouvelle ! Une limite a été fixée à ce règne diabolique : « Jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur lui ».

Malheur à ceux, petits ou grands de ce monde, qui font aujourd’hui le jeu du Menteur.

(La folie du déni – Shalom Israël – o3/08/2016)


 
 
 

« J’ai grandi au sein d’une communauté musulmane britannique.

La vérité n’est pas entendue au sujet d’Israël, alors que les rangs de la haine aveugle n’en finissent pas de se remplir. Nombre de ceux qui détestent Israël sont loin de la réalité, mais remplis de rhétorique vide et de slogans politiques qu’ils aiment tant […]

Je suis arrivé a la situation ou j’ai senti que je devais voir Israël par moi même. Je savais que je ne découvrirais la vérité que comme ça. Après une interrogation interne profonde, j’ai su que tout ce que je croyais avant était faux. Je me suis vraiment trompé, et j’ai bien dû le reconnaître. Je n’ai pas découvert un pays d’apartheid ou de racisme, mais tout le contraire. Je me suis retrouvé face a des synagogues, des mosquées, et des églises, face a des juifs et des arabes qui vivent ensemble, et des minorités qui ont un rôle important dans tous les domaines de la vie en Israël, de l’armée jusqu’à l’appareil judiciaire.

Ce fut une expérience extraordinaire qui m’a ouvert les yeux. Ce n’était pas l’Israël sioniste et méchante dont on m’avait parlé. Les actions humanitaires internationales d’Israël parlent d’elles mêmes, mais si nous ne diffusons pas ce message, personne ne le fera ». (Kassim Hafeez – Arabes pour Israël)

 
 
 

Quelques chiffres

8 millions 585 mille citoyens en Israël au seuil de cette nouvelle année 5777 ! La population juive du pays, qui représente près des trois quarts des citoyens, est de 6.419.000 personnes, cela représente une augmentation de 1.9% par rapport à l’année dernière. La population arabe, qui représente un peu plus d’un cinquième du pays avec 1.786.000 de citoyens, a augmenté de 2,2%. Les chrétiens, qui représentent 4,4% de la population avec 380.000 citoyens ont vu leur population augmenter de 3,8%. Le taux de natalité a dépassé le taux de mortalité, avec 189.000 naissances contre 46.000 décès. L’année 5776 a vu l’arrivée de 25.000 nouveaux immigrants. (Source Koide9enisrael)

 

L’économie israélienne a connu en 2015 une croissance stable à 2,5% qui devrait se poursuivre cette année, tandis que le chômage a reculé à son niveau le plus bas depuis trois décennies, selon un rapport de la Banque d’Israël. Le taux de chômage n’a jamais été aussi bas depuis le milieu des années 80, selon les données du bureau central des Statistiques. La banque centrale attribue ce bon résultat à la création d’emplois des entreprises commerciales et les services financiers ainsi que dans le secteur public… La Chine est le troisième partenaire économique d’Israël, avec un volume de plus de huit milliards de dollars par an, selon M. Netanyahu. (AFP – 04/2016)

 

Avec l’aide de Tsahal, l’ONG humanitaire Amaliah a fait accueillir des dizaines d’enfants syriens en Israël ! Les enfants ont reçu des soins dans les hôpitaux de Nahariya et Tsfat et été hébergés dans un Kibboutz du Nord d’Israël avant de retourner chez eux avec provisions et médicaments. Alors que le monde entier a abandonné le peuple syrien, que des milliers d’enfants sont massacrés, torturés, déplacés dans un silence assourdissant par le Boucher de Damas ou subissent la barbarie moyenâgeuse de l’Etat islamique, les Israéliens accueillent, soignent, réconfortent ! Alors qu’Israël est en guerre avec la Syrie depuis la création de l’Etat en 1948, que le pays est menacé de toutes parts, c’est le seul qui assume ses responsabilités morales, reste fidèle à sa vocation humaniste et sauve des vies ! Israël est un exemple sur le plan militaire, sécuritaire mais aussi humanitaire et moral. Depuis février 2013, Israël a accueilli et soigné près de 3 000 Syriens … Voilà Messieurs les antisionistes du BDS « l’Etat d’apartheid » ! Voilà des informations factuelles, indiscutables que les médias français et internationaux, pourtant si prompts à vilipender et accabler Israël, passent sous silence! Par Meyer Habib – JSSNews (25/09/16) L’auteur est député des Français de l’Etranger


 
 
 

Lors de sa 199 ème session, l’Unesco a voté un projet proposé par des Etats membres de la Ligue Arabe, hostiles à l’existence de l’Etat d’Israël, qui visent à effacer toute légitimité historique, géographique et géopolitique de ce pays au Moyen-Orient. La France, qui se dit lutter contre l’antisémitisme croissant, a voté en faveur de ce projet. Le 13/10/2016, elle s’est abstenue (!) et seuls six pays se sont opposés à l’adoption de ce texte qui n’est qu’une falsification ridicule et dangereuse de l’histoire, qui de plus déshonore et enlève toute crédibilité à l’UNESCO. Plus que cela : le message à saisir de cette résolution est un fort encouragement au terrorisme palestinien !

Le 14/10/2016 on pouvait lire la conclusion d’un article de M. Anielewicz pour Europe Israël News : « Combien de temps encore la communauté juive de France pourra-elle se maintenir dans un pays qui nie jusqu’à l’existence même du Judaïsme dans la ville Sainte de Jérusalem depuis plusieurs millénaires ? »

Il va falloir « rappeler » les 4 milliards de Bible en circulation dans le monde afin de procéder à leur correction…

 
 

« Ô Dieu ! Ceux qui te haïssent lèvent la tête. Ils forment contre ton peuple des projets pleins de ruse, et tiennent conseil contre ceux que tu protèges. Venez disent-ils, faisons-les disparaître en tant que nation, et qu’on ne se souvienne plus du nom d’Israël ! » (Psaume 83:3-5)

 
 
 

Un prince saoudien rétablit la vérité !

Les paroles du prince al-Waleed bin Talal apportent un peu d’honnêteté et peut-être un début d’espoir face aux affirmations mensongères dont le monde occidental tire hypocritement parti pour ses intérêts économiques. Voici quelques extraits de sa déclaration, en date du 7 octobre 2016, parue sur le quotidien saoudien Al-Watan (Relevé sur lemonde.co – D. Karmel):

« Les Palestiniens doivent mettre fin à leur occupation des terres juives historiques de Judée-Samarie (Cisjordanie). L’Arabie Saoudite est financièrement capable d’aider les Palestiniens à habiter de façon permanente parmi leurs frères arabes […] Je suis moi-même un Arabe musulman ardent, donc je ne veux pas trahir mes coreligionnaires, mais cela ne doit pas m’empêcher de dire la vérité, et la vérité ne peut pas se révéler à mes frères arabes à moins que quelqu’un commence à les éduquer sur leur véritable histoire et expurger tous ces dogmes entièrement fallacieux inscrits sur leur âme.

J’ai étudié une myriade de livres et d’articles impartiaux sur le judaïsme et la nation juive, et je ne peux pas être un musulman sincère si j’ignore que le Seigneur a donné les terres au Prophète Ibrahim (paix soit sur lui). Le Tout Puissant lui a donné toutes les terres pour lui et sa progéniture à toujours; donc, moralement parlant, les Palestiniens occupent illégitimement les terres juives historiques de Judée et de Samarie, la rive occidentale du Jourdain […] Le Royaume d’Arabie Saoudite est financièrement efficace et je peux vous garantir que Riyad va les aider à demeurer de façon permanente parmi leurs frères arabes ». (Par Donna Karmel – lemonde.co – 10/10/2016)


 
 
 

Le prince saoudien reconnait ce que Moïse a vu et entendu :

 

« Moïse monta des plaines de Moab sur le Mont Nébo, au sommet du Pisga, vis à vis de Jéricho. L’Eternel lui fit voir tout le pays : Galaad jusqu’à Dan, tout Nephtali, le pays d’Ephraïm et de Manassé, tout le pays de Juda jusqu’à la mer occidentale, le Néguev, la dépression du Jourdain, la vallée de Jéricho, jusqu’à Tsoar (la rive sud-ouest de la mer Morte. L’Eternel lui dit : c’est là le pays que j’ai promis par serment à Abraham, à Isaac et à Jacob, en disant : je le donnerai à ta descendance. » (La Torah-Livre du Deutéronome 34:1-3)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !