Dieu entend ceux qui l’invoquent

Dieu entend ceux qui l’invoquent Partager Commenter
Le Dieu qui a créé l’ouïe entend la prière de ceux qui l’invoquent du sein de leur détresse. Les quelques témoignages suivants en apportent la preuve.

 

Dieu connaît tout, Il peut tout, Il est Amour, et la Justice est la base de son trône. D’une manière ou d’une autre dit la Bible, Il répond et prend soin de ceux qui s’attendent à Lui.

 
 
 

Dieu est un sûr abri, une forteresse au jour de la détresse...

« Dieu connaît ceux qui se confient en Lui ! » (La Bible – Nahum 1:7)

Au début du mois de janvier 1814, le prince couronné de Suède Carl Johann Bernadotte et ses alliés étaient tout près de la ville de Schleswig, durant la campagne militaire d’hiver contre les Danois. Les habitants de la cité craignaient le pire, en particulier de la part des Cosaques barbares.

A l’entrée de la ville, sur le chemin que les ennemis devaient emprunter, se trouvait un petit cottage, à la vue de tous. Là, vivait un jeune-homme de vingt ans avec sa mère et sa grand-mère.

La grand-mère avait l’habitude de s’adresser à Dieu en toutes circonstances et elle plaçait sa confiance en Lui. Dans ces jours d’angoisse, elle Lui demanda avec ferveur de les protéger. Son petit-fils l’entendait souvent prononcer une ligne favorite d’un cantique ancien de l’église : « Élève un mur autour de nous, qui tiendra l’ennemi au loin… »

Son petit-fils considérait comme une impossibilité que Dieu puisse ériger un mur à la vitesse de la lumière autour de leur maison et de toutes les constructions. La grand-mère expliqua qu’elle ne voulait pas dire littéralement, mais que c’était une image. Elle affirma cependant que, si Dieu voulait le faire, Il pouvait construire véritablement un mur autour d’eux.

L’armistice allait prendre fin à minuit. Dans l’après-midi, une tempête de neige se déclara, provoquant une énorme congère qui s’éleva juste devant le cottage. Dieu avait entendu la prière et y répondait littéralement. Les soldats passèrent à côté, et ils furent épargnés de tout pillage.

La presse s’empara de cet événement et plus tard, il devint l’objet d’un poème bien connu… (The Good Seed – 06/01/2017)


Délivré de la drogue

Je fis ma première expérience avec la drogue à l’âge de treize ans : d’abord, une cigarette, puis des injections. Je dois admettre que je me sentis bientôt comme une épave, mais je ne pouvais pas me libérer de cette dépendance.

A l’âge de dix neuf ans, j’ai tenté de m’ôter la vie. Je me suis jeté au devant d’une voiture, mais le chauffeur a réussi à m’éviter. J’ai commencé à pleurer et sangloter « Ô Dieu ! Ô Dieu ! »… Et ce fut comme si Dieu m’avait entendu et me répondait. Après avoir erré dans les rues, sans but, je me suis trouvé en face d’une église. La porte était verrouillée. J’allais m’éloigner, quand j’entendis quelqu’un m’appeler : « Je te le dis, jeune homme, viens ici ! » Cet homme âgé m’inspira tout de suite confiance. Il me prit par le bras et me conduisit dans sa maison à quelques pas de là.

« Quel est ton problème ? » demanda t-il avec sympathie. « Je suis esclave de la drogue, et je ne peux pas m’en libérer ».

L’homme prit sa Bible et me lut le texte suivant : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je dînerai avec lui, et lui avec moi » (Apoc. 3:20).

« Je suppose que tu voudrais être sauvé » demanda t-il. « Je ne sais pas ce que vous voulez dire, répondis-je, mais j’ai vraiment besoin d’aide ! » – « Eh bien, prions ensemble ! »

Dieu a exaucé notre prière. Je suis devenu un autre homme. Dieu a pardonné mes péchés et m’a libéré de la drogue !


Pilote d'une station missionnaire

« Au cours d’un vol d’entraînement, j’ai décidé de voler vers le nord, jusqu’à une piste d’atterrissage isolée et peu fréquentée. Le pilote en formation que j’instruisais aurait ainsi la possibilité de faire là quelques exercices d’atterrissage.

A notre arrivée, quelques personnes se sont précipitées à notre rencontre. Elles ont expliqué que la veille, un jeune homme s’était grièvement blessé à la jambe, et qu’on ne parvenait pas à arrêter l’hémorragie. Comme le blessé avait déjà perdu beaucoup de sang, nous l’avons rapidement installé dans l’avion et transporté à l’hôpital de la mission. Le vol a duré vingt cinq minutes. Par la route ou par bateau, le même trajet aurait pris quatre jours, et le patient n’aurait pas survécu. Et là, en moins d’une heure après le décollage, il était dans la salle d’opération, où l’on a pu ligaturer l’artère et soigner la blessure.

Mais le plus émouvant, c’est que les gens de ce village isolé, des chrétiens sans ressource sur le plan médical, avaient prié pour qu’un miracle se produise. Et peu après leurs instantes prières, l’avion est apparu dans le ciel tout à fait à l’improviste. C’était pour eux sans aucun doute, la réponse de Dieu à leurs prières !

Oui, notre Dieu est Celui qui écoute la prière ! » (Psaume 65:2)


Missionnaire chez les Indiens

Un jeune missionnaire, David Brainerd (1718/1747), en chemin vers un village d’Indiens, s’arrêta dans une forêt pour passer la nuit. Avant de se coucher, il se mit à prier avec ferveur, sans se rendre compte que des hommes du village l’avaient suivi. Maintenant, ils épiaient derrière les arbres la mystérieuse scène du « visage pâle » qui implorait Dieu. Ils avaient décidé de le tuer, car ils pensaient que les Blancs enivraient les Indiens afin de voler leurs biens.

Mais après avoir vu le missionnaire qui, prosterné vers le sol, s’adressait au « Grand Esprit », ils se retirèrent discrètement.

Le lendemain, le jeune homme qui ignorait ce qui s’était passé la veille, repartit et reçut dans le village un accueil auquel il ne s’attendait pas. Les Indiens entourèrent le missionnaire qui leur lut le chapitre 53 d’Esaïe. Il écrit : « Beaucoup furent émus et, lorsque je leur ai parlé du salut de leur âme, ils se mirent à sangloter. Ils m’écoutèrent attentivement jusqu’à la fin. Je leur parlai de l’amour et de la compassion de Dieu, qui avait envoyé son propre Fils afin qu’Il meure pour les péchés des hommes. Ce fut pour moi une surprise de voir comment leurs cœurs paraissaient transpercés par l’Évangile! »

Aujourd’hui encore, c’est souvent la vie des chrétiens qui est le plus puissant témoignage. Combien l’attitude de prière de ce missionnaire a été utile pour que tout un village soit rendu attentif à l’Évangile ! Savons-nous prier avec la même conviction ?


La prière d'une enfant

Un conférencier athée parlait devant un large public. Il venait d’attaquer la foi chrétienne et de ridiculiser ces gens naïfs qui croient encore à la prière. Soudain, un homme dans l’assistance se leva et demanda la parole.

« Vous avez devant vous un homme qui autrefois était l’un des plus misérables de toute la ville. Adonné à la boisson et au jeu, je battais ma femme. Je n’étais qu’un voyou. Ma femme et ma fille étaient terrifiées chaque fois qu’elles m’entendaient rentrer à la maison. Cependant, ma femme priait pour moi depuis des années. Elle enseignait aussi à notre petite fille à prier pour son papa.

Un soir, je suis rentré à la maison plus tôt que d’habitude. Cette fois-là je n’étais pas ivre. Ma femme venait juste de monter mettre la petite au lit. Je me suis avancé sans faire de bruit, et j’ai tendu l’oreille. Ma petite fille priait : « Seigneur Jésus, sauve mon papa ! S’il te plaît, Seigneur Jésus, délivre mon cher papa ! »

Elles ne savaient pas que j’écoutais. J’ai quitté la maison sans bruit. J’étais foudroyé. Un cher papa, je ne l’étais pas… Je crois que je ne l’avais jamais embrassée. J’étouffais de honte. J’ai prié avec désespoir : « Seigneur ! Aide-moi ! Réponds à la prière de mon enfant ! »

Et Il a vraiment répondu. Aujourd’hui, je suis reconnaissant à Dieu de la force qu’Il me donne pour être un bon mari et un vrai père. Nous sommes maintenant une famille heureuse. C’est pourquoi je crois en Dieu, car véritablement Il entend les prières et Il y répond. »

(LBS -08/06/2016)


 
 
 

« Remets ton sort à l’Éternel, confie-toi en Lui, et c’est Lui qui agira… garde le silence devant l’Éternel, et attends-toi à Lui ! » (Psaume 37:5 et 7)

 

« Avant qu’ils crient, Je répondrai, et tandis qu’ils parlent, J’exaucerai ! » (Esaïe 65:24)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !