Dieu est Maître des circonstances

Dieu est Maître des circonstances Partager Commenter
Voici quelques témoignages prouvant que les circonstances peuvent être parfois le sujet de beaucoup d’interrogations, même chez celui qui place sa confiance dans le Dieu de la Bible.

 
 

Cependant, rien n’arrive sans raison ni sans but précis : « Car toutes choses concourent au bien ce ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés, selon son dessein… » (Épître aux Romains 8:28)

 
 
 

Témoignage : Les conséquences d'un accident

Il y a quelques années en arrière, un chrétien fut attaqué en Inde par un gang lourdement armé qui l’attendait au détour d’un chemin pour lui faire barrage. ils prirent son argent, sa montre et son alliance. Puis ils s’emparèrent de son véhicule. Avant de s’enfuir, l’un des bandits saisit une Bible posée sur un siège. Il la brandit avec mépris et fit un signe d’adieu en l’agitant. Le propriétaire eut la présence d’esprit de lui crier : « Lisez-la souvent ! »

Six ans plus tard, le chrétien dont le nom et l’adresse étaient notés dans la Bible, reçut une lettre inattendue : « Je vous ai menacé avec un revolver et je vous ai volé votre argent. Mais je n’ai pas pu oublier le calme, l’expression paisible de votre visage. Aujourd’hui, je voudrais vous remercier : vous avez sauvé la vie de ma femme, et la mienne aussi. La Bible que j’avais trouvée dans votre voiture est en fait devenue le moyen de mon salut. J’ai lu ce Livre, et il a changé ma vie. J’ai quitté le gang auquel j’appartenais et je suis retourné dans ma province natale. Quelques temps après j’ai appris que trois de mes anciens camarades avaient été tués quand, à l’endroit même où nous vous avions attaqué, ils ont arrêté une autre voiture. Sans l’influence de la Bible, c’est ce qui me serait arrivé, et j’aurais été perdu pour l’éternité ! »

(The Good Seed – 09/02/2015)


Témoignage : Le roi et son esclave

Le chef d’une tribu africaine fut attaqué un jour par un animal sauvage. Un esclave s’élança et tua l’animal à temps, mais il ne put empêcher que le roi ait un doigt arraché. Celui-ci s’écria dans sa colère : « Si Dieu était bon, je n’aurais pas perdu mon doigt ! » Son esclave lui dit alors : « Votre majesté, Dieu est bon, et ce qu’Il fait est parfait. Il ne se trompe jamais ».

Sur ce, le roi se mit en furie. Sans considération pour l’homme qui lui avait sauvé la vie, il le fit mettre en prison. Quelques temps plus tard, le roi fut capturé par des guerriers inconnus, qui avaient l’habitude de sacrifier des humains à leurs idoles. C’est le sort qui était destiné au roi. Mais ses ennemi remarquèrent qu’il lui manquait un doigt. Aussi ils le laissèrent partir : il était impropre pour être sacrifié à leurs dieux.

A son retour le roi fit libérer son esclave et le reçut avec bienveillance : « Mon ami, Dieu s’est montré vraiment bon pour moi ! J’aurais dû être tué. C’est seulement parce qu’il me manquait un doigt qu’ils m’ont laissé partir ! Mais je ne comprends pas pourquoi Dieu a permis que je te mette en prison ». « Votre Majesté, répondit l’esclave, si je vous avais accompagné ce jour là, vos ennemis m’auraient sacrifié à votre place. Moi, je n’ai pas perdu un doigt… »

Il y a des circonstances où il n’est pas facile pour les croyants de maintenir que Dieu est bon et qu’Il ne fait pas d’erreur. Mais quand ils regardent en arrière dans leur vie, ils peuvent reconnaître sa providence. Ils tournent leurs regards vers le Calvaire, là où, lorsque Jésus a donné sa vie en sacrifice, Dieu a prouvé qu’Il est véritablement Amour.

(The Good Seed – 17/10/2016)


Témoignage : Dieu attendait le voleur !

Ceci est arrivé au Brésil. Un cambrioleur s’introduisit dans une maison un soir et, entendant du bruit, se glissa furtivement sous un lit. A son grand effroi toute la famille entra justement dans la pièce où il avait cherché refuge. Le père de famille prit un livre, s’assit sur le lit, au-dessus de l’intrus, et en lut une page à sa femme et à ses enfants.

Le voleur n’avait jamais entendu de paroles aussi merveilleuses que celles qui étaient lues ici. Après la lecture, toute la famille s’agenouilla pour prier. Le père parlait à Dieu comme à un ami qui était présent. L’homme sous le lit n’avait jamais imaginé qu’il était possible de s’adresser à Dieu avec une telle confiance et une telle liberté…

Ensuite, chacun alla se coucher, et tout devint calme dans la maison. Le cambrioleur sortit de sa cachette et se précipita hors de la maison, sans avoir rien emporté – sauf le mystérieux livre noir qui avait été laissé sur la table. C’était, bien-sûr, une Bible.

De retour chez lui, le voleur commença à tourner les pages et à lire avec intérêt. Petit à petit il fut convaincu que le secret du vrai bonheur se trouvait là. Un jour, il se tourna réellement vers Dieu et confessa ses péchés. Il reçut l’assurance qu’il était pardonné, par la foi dans le sacrifice de Jésus-Christ.

Qu’allait-il faire maintenant ?.. Rendre la Bible à son propriétaire et raconter son histoire. Là-dessus, tous les deux, le voleur et celui qui avait été volé, remercièrent Dieu dans la pièce même qui les avait vus devenir frères en Christ, d’une manière aussi extraordinaire !

 (The Good Seed – 22/09/15)


Témoignage : L'orgueilleux soldat

L’armée de Napoléon occupait Rome. Un groupe d’officiers descendit un jour dans les catacombes, les tombes souterraines dans l’antiquité. Beaucoup de chrétiens avaient été enterrés là, pendant la persécution. Dans ces lieux, où autrefois des cantiques spirituels avaient résonné, les hommes voulaient faire la fête, boire et se donner du bon temps.

Un officier particulièrement « bout en train » et aventurier voulut explorer les sombres tunnels, où personne ne s’aventurait sans guide. Il clama qu’il n’avait peur ni de Dieu ni du diable, et qu’il ne croyait ni dans l’un ni dans l’autre. En dépit de tous les avertissements, il partit, errant à la lueur d’une chandelle, et finalement perdit son chemin dans cet obscur labyrinthe.

Il avait rejeté Dieu, mais Dieu ne l’avait pas abandonné. Le jour suivant, une escorte partit à sa recherche. Après quelques jours, ils trouvèrent l’officier presque mort d’épuisement. une sérieuse maladie fut la conséquence de sa légèreté. Mais Dieu le releva et fit même davantage. Il éveilla la conscience de l’homme, au sujet de ses péchés. Plus, l’ancien moqueur trouva la foi en Celui qu’il avait si souvent ridiculisé : le Seigneur Jésus-Christ.

Sept années plus tard, cet officier mourut dans une bataille. Parmi ses effets on trouva une Bible, et l’on put clairement constater qu’il l’avait lue régulièrement.

(The Good Seed – 02/06/2015)


 
 
 

« Dieu ne désire pas que le méchant meure, mais qu’il se repente et qu’il vive ! » (Ézéchiel 33:11 – Le méchant dans la Bible est celui qui ne fait pas la volonté de Dieu)

 

« Nous vous en supplions : soyez réconciliés avec Dieu ! » (2 Cor. 5:20)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !