Éloigne de moi le bruit de tes cantiques

Éloigne de moi le bruit de tes cantiques
Amos 5:21 : « Eloigne de moi le bruit de tes cantiques ».

 
 

Les enfants d’Israël, peuple terrestre de Dieu chantaient donc du temps d’Amos le prophète. En lisant tout ce passage nous apprenons aussi qu’ils désiraient le Jour de l’Éternel (5:18), qu’ils présentaient à Dieu des holocaustes et des offrandes (5:22)… Et pourtant, par le prophète, Dieu vient leur dire que Son Jour sera ténèbres et non lumière (5:18), et qu’Il hait et méprise leurs fêtes (5:21 : ces fêtes étaient devenues leurs fêtes). Dieu ne regarde même pas leurs sacrifices, n’y prenant plus aucun plaisir (5:22).

Voudrait-on qu’il en soit de même aujourd’hui dans l’Eglise de Jésus-Christ, peuple céleste de Dieu, appelé à déjà rendre culte sur la terre en attendant le retour prochain de son Sauveur et Seigneur ? Que ces quelques considérations nous rendent attentifs aux avertissements donnés.

 
 
 

Il existe un mouvement très influent dans le monde évangélique, mais dont on parle peu (article écrit en 1999), le Mouvement de Croissance des Eglises. Nous ne définirons pas ici l’origine de ce mouvement, mais passerons en revue ses méthodes qui transforment nos églises bibliques en clubs religieux. Ce mouvement est très subtil car il ne concerne pas la doctrine mais plutôt les pratiques d’une église et son culte, sa musique et son style en général.

L’un des promoteurs de ces méthodes de croissance fulgurante aux Etats- Unis est un certain Rick Warren, pasteur et animateur d’ateliers, aux cours desquels des milliers de pasteurs ont reçu des conseils pour obtenir une « super église ».

Pour beaucoup d’églises qui ont du mal à grandir, surtout celles qui veulent rester fidèles à la Bible, l’idée d’une croissance explosive est séduisante. Nous souhaitons ici mettre en garde toute église locale ayant à coeur de grandir, contre la tentation de se servir de moyens anti-bibliques.

Notre objectif est aussi d’encourager ceux qui s’efforcent de maintenir un témoignage solide et fondamentaliste et qui sont, peut-être plus petites à cause de leur proclamation fidèle de la Vérité. Il est tentant de mettre en pratique quelques techniques qui vont accélérer la croissance de l’église. Qui ne veut pas toucher plus d’incroyants, faire venir dans l’église plus de monde ou voir son ministère porter plus de fruits ? Cependant, il incombe à chaque chrétien et pasteur de se poser la question : « Quel est le prix à payer pour gagner plus de membres et devenir une super-église ? »

Nous sommes convaincus qu’en utilisant certaines méthodes pour augmenter le nombre de fidèles, on est obligés de sacrifier sa fidélité au Seigneur et à Sa Parole.

 
 
 
 

Voici donc les méthodes prônées pour connaître une croissance dramatique de son église :

 

Le culte doit être moderne et convivial

Le culte doit être moderne et convivial : le but est de mettre à l’aise le visiteur. Il faut donc abandonner le culte traditionnel pour attirer les incroyants et ceux qui n’ont pas l’habitude de venir à l’église.


L'habillement doit être décontracté

L’habillement doit être décontracté : Très souvent les incroyants sont obligés de bien s’habiller pendant toute la semaine pour aller au travail. Le week-end on imagine qu’ils veuillent s’habiller d’une façon plus relâchée. Il faut donc que le pasteur et toute l’assemblée s’abstiennent de porter toute cravate, costume ou robe.


La musique doit être moderne

La musique doit être moderne : pour attirer du monde, il faut que le style de musique ressemble à celui que l’incroyant écoute chez lui. Il est recommandé de remplacer l’orgue par un groupe (guitare électrique, clavier et batterie), ou bien d’acheter un clavier électronique afin de produire le son d’un groupe musical. Le but de la chorale devrait être de soutenir le soliste, pour ressembler aux groupes de musique pop de nos jours.

 

 

Dans l’église de Rick Warren par exemple, on a demandé aux membres d’inscrire sur un papier les stations de radio qu’ils écoutent. « Il n’y a même pas eu une personne pour dire : j’écoute de l’orgue, ou j’écoute de grandes chorales à la radio », raconte Warren, le pasteur. « La plupart écoutent de la musique contemporaine. A partir de ce moment, nous avons pris la décision stratégique de devenir une église de musique contemporaine. Et dès que cette décision fut prise, nous avons vu une forte croissance dans l’assemblée. Je l’avoue, notre musique au culte est forte, très forte… et moi je dis « on ne va pas la baisser » parce que cette génération veut sentir la musique, pas simplement l’écouter. »

Les cantiques sont remplacés par des coeurs aux paroles pauvres et répétitives. Les partisans des cantiques anciens sont conspués.Que penser de tout cela ? Doit-on utiliser des morceaux de pop avec des paroles « chrétiennes », ou de la musique classique du 18è siècle ?

Le vrai problème n’est pas l’ancienneté ou non de la musique, mais de savoir si elle fait appel à la chair ou à l’esprit. C’est le style de la musique qui importe, et non pas le siècle de sa composition. Il y a de beaux chants contemporains qui honorent Dieu et sont chantés dans les églises fidèles.

Ce sont bien l’arrangement et l’orchestration des chants qui font se trémousser certains chrétiens le dimanche dans leur église, et non les paroles des chants.

 

Selon M. Warren, la Bible ne dit rien au sujet du style de la musique, mais seulement du contenu. Mais si l’on utilise un style de musique sensuel pour attirer les non-croyants, comment les gens vont-ils être par la suite sensibles au message spirituel ? car il est clair dans la Bible que la chair est toujours opposée à l’esprit : « l’affection de la chair est inimitié contre Dieu parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu et qu’elle ne le peut même pas » (Rom.8:7) « car la chair a des désirs contraires à ceux de l’esprit et l’esprit en a de contraires à ceux de la chair » (Gal. 5:17)

La révérence et la crainte de Dieu ne vont jamais attirer l’homme irrégénéré, mais par contre elles prépareront le croyant à adorer Dieu « en esprit et en vérité » (Jean 4) et à « recevoir avec douceur la parole qui a été plantée en lui » (Jacques 1:21)


Le message doit être toujours positif

Le message doit être toujours positif : Pour nous il s’agit de l’erreur la plus flagrante. Oui, les croyants et les incroyants peuvent se sentir mieux dans leur peau après un message mêlant de la psychologie et un texte encourageant des Ecritures. Des thèmes comme « gérer sa culpabilité, son estime de soi, ses relations personnelles, ou comment avoir du succès » vont attirer les individus dépassés par la vie.

 

Mais est-ce cela que Dieu demande pour Son Eglise ? certainement pas. Le commandement de Paul au jeune pasteur Timothée est sans équivoque : « Prêche la Parole, insiste en toute occasion, favorable pou non, reprends, censure, exhorte avec douceur et en instruisant » (2 Tim. 4:2) Les exhortations à la moralité ou d’ordre psychologique, si elles touchent momentanément l’auditeur, n’accomplissent pas le dessein de Dieu.


Le style doit s'inspirer du monde

Le style doit s’inspirer du monde : L’un des problèmes majeurs de cette nouvelle approche est que toutes les formes traditionnelles de musique, d’adoration et de comportement sont abolies et remplacées par des méthodes et des styles modelés d’après le monde. Le programme des super-églises a pour but de mettre à l’aise, de divertir l’incroyant ou le curieux, et de répondre à ses besoins immédiats. Il faut réussir à attirer une foule de personnes qui se convertiront par la suite. De plus en plus de pasteur croient que toute méthode est valable pourvu que les incroyants soient attirés par l’église..La fin justifie les moyens; si cela marche, cela doit être bon.

     

Il nous semble à propos de citer un paragraphe de John Moffat dans « Toutes les vérités sont-elles de Dieu ? » :

« Imaginons Nadab et Abihu en train de discuter dans le désert avant le culte. L’un dit : tout feu est le feu de Dieu. Dieu a créé le feu-donc tout feu vient de Lui. Ou bien , pendant que Moïse était sur le Mont Sinaï, les israëlites s’adressant à Aaron : « l’adoration de tout dieu est l’adoration de Dieu »…Non, tous les moyens ne sont pas bons. Dieu a jugé Nadab et Abihu pour le feu étranger qu’ils ont amené. Dieu a jugé son peuple pour avoir adoré le veau d’or. Dieu nous demande de rejeter toute « conduite astucieuse » et de ne pas « altérer la Parole de Dieu, mais de publier la vérité » (2 Cor. 4:2). Il a aussi demandé aux serviteurs de Dieu de « combattre selon les règles » et de ne pas éviter à tout prix l’opprobre de Christ » (2 Tim. 2:3-5)

M. Warren a franchement déclaré : « C’est la culture des incroyants qui détermine notre style… Nos objectifs sont fixés en fonction du monde extérieur »

Appartient-il au monde de déterminer la stratégie de l’église locale ? Ou dans la Bible est-il écrit que le ministère de l’église consiste à satisfaire les besoins psychologiques et émotionnels des incroyants? Christ nous a avertis que le monde aurait de la haine pour l’Eglise, et non pas de l’admiration (Jean 15:18) C’est la Parole et non le monde qui doit déterminer la stratégie de l’église locale.

Le but de l’Eglise est-il de ressembler au monde pour avoir du monde, ou de ressembler à Jésus-Christ pour glorifier Dieu ? Selon les Écritures, c’est toujours la deuxième réponse qui est la bonne : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Rom. 12:2).

     

Alors, quel « style » pour le culte ? Le culte conforme aux Écritures a toujours pour but de glorifier Dieu (Eph. 5:18-21) et d’équiper les croyants au service et au témoignage (Eph. 4:11-13). Nous croyons qu’il y a une justification biblique pour un style d’adoration, séparé des attitudes du monde.

M. Warren déclare : « je pense que Dieu ne se soucie pas du style de louange, pourvu qu’elle soit en esprit et en vérité ».  A t-il raison ?

Il faut tout d’abord placer les termes « en esprit » et « en vérité » dans leur contexte biblique. En adorant Dieu, notre esprit doit être rempli par l’Esprit -Saint et non par des sentiments charnels provoqués par une musique sensuelle ou trépidante. L’adoration doit être « dans la vérité », ce qui implique un cadre de sainteté et de révérence. Ces caractéristiques ne sont pas subjectives ! La Bible dit que le peuple de Dieu doit être saint comme Dieu est saint.

Les chrétiens forment un peuple saint et sont appelés « la lumière du monde », ils sont différents du monde d’une manière évidente.

Oui, Dieu est concerné par le style de notre louange. Notre adoration doit se faire en tenant compte de la personne de Christ Lui-même et des principes exposés dans la Parole éternelle. Louer Dieu, ça n’est pas chanter à tue-tête : « je te loue, je te loue… » Louer Dieu c’est admirer ses perfections, s’humilier devant sa grandeur, rendre grâces pour le salut qui a coûté si cher au Sauveur, se réjouir en espérance, etc… Lisons et méditons ce que doit être notre ligne de conduite dans l’église dans 1 Pierre 1:14 à 1 Pierre 2:10. L’Eglise du Nouveau Testament réunissait des croyants pour l’adoration, la communion fraternelle, l’instruction et l’édification. L’Eglise étant le temple de Dieu, les croyants qui s’y rassemblent doivent se considérer comme une habitation de Dieu, un lieu où l’homme pécheur rencontre le Dieu saint sur la base du sacrifice de Jésus-Christ .


Se faire tout à tous

Se faire tout à tous ? Les tenants de « l’Eglise conviviale » citent souvent 1 Corinthiens 9 : 20-22 : « Avec les juifs j’ai été comme juif, avec ceux qui sont sous la loi comme sous la loi… afin de gagner ceux qui sont sous la loi… je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns ». Autrement dit, je m’efforce de ressembler à ceux que je veux évangéliser…

Tout d’abord, l’apôtre Paul n’est pas en train de définir dans ce passage le style du culte du dimanche matin. Il est question ici de son ministère, en tant que missionnaire zélé, et de sa façon d’apporter le message de Christ aux perdus dans leurs communautés, cultures et circonstances respectives.

Deuxièmement, Paul a toujours enseigné que dans le culte on doit s’appliquer « à la lecture » (des Ecritures), « à l’exhortation et à l’enseignement » (1 Tim. 4:13). Paul se dévouait pour aller chercher les perdus là où ils se trouvaient, mais sans compromis aucun. Non, Paul ne se comportait jamais comme un incroyant dans sa façon de vivre, et il n’essayait jamais de s’adresser à leurs sentiments charnels ! Il tenait son corps sous le contrôle du Saint-Esprit (versets 24 à 27) et voulait être un serviteur et non un imitateur des incroyants. S’il évitait de choquer par son engagement, Paul n’a jamais édulcoré le message de Dieu pour ménager son auditoire ! Devant l’aréopage d’Athènes, il n’a pas craint de parler du jugement et de la résurrection, ce qui a eu pour effet de diviser ses auditeurs. A Ephèse ou Philippe, la prédication de Paul a causé du tumulte et un scandale, en même temps que des conversions.

       

Les messages « positifs » des églises conviviales n’ont rien à voir avec tout le conseil de Dieu prêché par les apôtres. Dans ces églises le scandale de la croix est aboli (Gal.5:11).

Il est évident que notre culte va choquer l’incroyant d’une façon ou d’une autre, parce qu’il n’est pas encore régénéré. Mais en étant heurté il sera remis en question et peut-être poussé à se tourner vers notre Sauveur. Par contre, s’il se sent aussi bien dans notre culte qu’au cinéma du coin, il ne sera pas convaincu de péché et donc pas converti…

Il faut choisir ce que l’on veut : soit des visiteurs-spectateurs qui « aiment bien Jésus », soit des convertis transformés par la puissante grâce de Dieu.

La première catégorie peut en effet remplir des centaines de sièges, mais pas à la gloire de Dieu. La deuxième est celle que l’on doit rechercher. Paul écrit : « Nous exhortons tout homme et nous instruisons tout homme en toute sagesse afin de présenter à Dieu tout homme devenu parfait (accompli) en Christ » (Col.1:28)

Il est remarquable de voir des incroyants choqués, non par les messages clairs de la Parole de Dieu, mais par la mondanité des chrétiens, par la musique rock qu’ils utilisent, par leur légèreté et leur exaltation charnelle. Un incroyant, en entrant dans une église, s’attend à autre chose qu’à un dancing ou une salle de concert : il vient là pour rencontrer Dieu, le Dieu Saint et miséricordieux. Il sait que cela sera différent du monde, parce que le monde ne connait pas et n’aime pas Dieu.Il acceptera très vite des chants différents de la pop musique de la radio. Il sera prêt à s’habiller proprement et à mettre à part le premier jour de la semaine pour adorer son Dieu.


 
 
 
Conclusion

Nous devons donc veiller sur le culte dans notre église, et particulièrement à la musique utilisée, car elle est un cheval de Troie pour le mouvement néo- évangélique qui refuse la séparation d’avec le monde.

Bien-sûr, nous devons chercher à renouveler le culte, à le rendre vivant, spirituel, édifiant, et non pas routinier et ennuyeux. Bien-sûr nos messages doivent toujours contenir l’Évangile afin que les incroyants assistant au culte soient sauvés. Mais le culte doit être envisagé comme le moment d’adoration des rachetés, et non comme une réunion informelle destinée à faire venir du monde.

Pour les chants, il faut se méfier des choeurs à une ligne, du genre « je te loue, je te loue… » et préférer des chants qui sont une prière ou un message d’édification tiré des Ecritures.

Il faut aussi que la Parole de Dieu soit au centre du culte (lecture, citations, exposition) et que l’homme n’ait aucune gloire (je pense à cette mode d’applaudir les chanteurs dans l’église)

Le discernement doit nous pousser à écarter l’adoration seulement émotionnelle, basée sur des musiques en mode mineur ou des répétitions de phrases, pour une adoration vraiment spirituelle, où le coeur s’incline humblement et respectueusement devant la grâce et la gloire de Dieu.

Beaucoup de chrétiens viennent au culte pour entendre un message et repartir comme ils sont venus. Mais ils ont oublié de rendre un culte à leur Père céleste. Ils n’ont pas prié, ils n’ont pas chanté de tout leur coeur, ils n’ont pas répandu leur âme devant Dieu. Ils n’ont pas déposé leurs péchés et leurs soucis à la croix, ils n’ont pas cherché à édifier leurs frères dans la foi, ils ont simplement « consommé » un culte comme on consomme un film ou un hamburger.

Que Dieu nous garde de ne jamais lui rendre un culte de cette manière ! (voir le premier chapitre de Malachie)

 
 
 

« Un fils honore son père, et un serviteur son maître. Si je suis Père, où est l’honneur qui m’est dû ? Si je suis Maître, où est la crainte qu’on a de moi ? dit l’Éternel des armées » (Mal. 1:6)
L’équipe Connaître la Vérité

(Source : Emmanuel Bozzi, "La Voix Dans Le Désert" 3/1999)


6 Lire et Commenter

Commenter

  1. christiane

    Merci pour cette mise au point claire sur la louange dans l’église.
    Que pensez vous de cette musique:
    http://actualitechretienne.wordpress.com/2014/02/11/video-le-reggae-de-levangeliste-remy-bayle-declenche-lire-des-esprits-grincheux/

    • ConnaîtreLaVérité
      ConnaîtreLaVérité

      Sûr que le feu risque de descendre… (comme dit en fin de vidéo) On peut craindre pour lui car on ne se moque pas de Dieu…
      Cela ne nous étonne pas de la part de Rémy Bayle, plusieurs nous ont écrit à son sujet pour dénoncer ses extravagances, ainsi que le site « Actu Chrétienne » qui fait de la publicité à de tels hommes !

      Comment qualifier cette singerie ? C’est grotesque, honteux, blasphématoire, indigne d’un homme qui se dit serviteur de Dieu, et cela porte à pleurer plutôt qu’à rire… Mais la Bible nous a avertis : l’apostasie doit venir avant que paraisse l’antichrist et que l’Épouse sainte et irréprochable du Seigneur soit enlevée.

      « Mes frères, prenez garde aux mauvais ouvriers… Soyez mes imitateurs frères, portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. Il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix; je vous en ai souvent parlé et je vous en parle encore en pleurant; leur fin, c’est la perdition; leur dieu, c’est leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte… » (Paul aux Philippiens 3:2, 18-19)
      « Ressaisissez-vous… car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte » (1 Cor. 15:34)
      Le roi David disait : « Éternel !… Je vais à ta maison dans la crainte qui t’est due, je me prosterne devant ton Saint Temple » (Ps. 5:8)

      « Si je suis Père, où est l’honneur qui m’est dû ? Si je suis Maître, où est le respect qu’on me doit ? » (Mal. 1:6)

    • michelle

      il n y a pas de surprise: ce Rémy Bayle se dit lui même envoyé par MR OSBORN pour prêcher l’évangile! . (voir actu chrétienne du 17 février 2013 )
      MR OSBORN est lui même un fils spirituel de BRANHAM ! qui est un faux prophète (il faut faire des recherches si vous ne savez pas qui il est) « l’onction » qui est propagée ne peut pas venir de notre Dieu ,les miracles et autres manifestations sont d une autre source ..et malheureusement trop de personnes se laissent séduire car aussi ils ont mis la Bible de côté préférant les choses visibles qui éblouissent la chair.

  2. Laccordéon

    Je suis musicien dans mon église. J’ai toujours été sensible à la musique. Mon père était pianiste classique. La musique touche aux émotions. Je loue Dieu pour les belles musiques qui existent. J’ai un faible pour les musique traditionnelles qui ne sont jamais agressantes. Une belle musique devrait nous renvoyer à Dieu. Je n’aime pas les cultes « rock ‘n roll ». La musique doit disposer au recueillement et à l’adoration. Mais je n’aime pas non plus certaines vieilles musiques d’église mornes. Le dimanche matin, je joue du low whistle, du bodhran et de l’accordéon. Certaines complaintes ou ballades celtiques sont très propices au recueillement et d’une grande beauté. Voilà des instruments traditionnels qui ne sont pas traditionnels dans l’église et qui peuvent bien se prêter à un culte respectueux du recueillement et de l’adoration. Il n’y a pas que l’orgue qui soit un instrument de culte. Tradition humaine.

    • ConnaîtreLaVérité
      ConnaîtreLaVérité

      Bien-sûr, il n’y a pas que l’orgue pour accompagner les cantiques, qui doivent être spirituels dit la Bible, donc qui élèvent l’âme vers son Dieu. Le Seigneur ne veut ni tradition, ni conformité au siècle présent, ni sentimentalisme, ni sensualité… car ce qui plaît à la chair est opposé à l’Esprit de Dieu. Le Seigneur désire l’adoration en Esprit et en Vérité, la louange qui vient d’un coeur vrai et de lèvres pures. A partir de là, son Esprit qui est Saint nous conduit vers ce qui Lui est agréable. La musique n’est d’ailleurs pas indispensable, elle n’est qu’un accompagnement à la louange du coeur. Toute notre vie doit être une louange à la gloire du Seigneur !

error: Contenu protégé !