Hommage à Jésus de Nazareth, fils de David

Hommage à Jésus de Nazareth, fils de David Partager Commenter
Qui est ce Jésus de Nazareth, descendant de David, le roi prophète auteur des Psaumes ?

 
 

En 1867, un auteur inconnu écrivait : « Il y a dix huit cents ans environ, Dieu donna au monde ce signe suprême, ce miracle des miracles, Dieu manifesté en chair. La vie de Jésus fut comme tissue de miracles, et sa mort fut suivie d’une longue série de prodiges. Et pour peu que l’histoire soit digne d’une foi quelconque, la destruction de Jérusalem ne manqua certes pas de signes et de miracles qui montraient combien littéralement, les paroles du Christ se réalisaient… » 

 
 

« Jamais homme n’a parlé comme cet homme ! » dirent les gardes aux chefs religieux qui voulaient le faire arrêter, craignant que tout le peuple ne le suive (Evangile de Jean 7:46). Les habitants de sa ville disaient : « D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles ? N’est-ce pas le fils du charpentier ? » (Matt. 13:54-55), et « les docteurs de la loi étaient surpris de son intelligence et de ses réponses », alors qu’il n’avait que douze ans ! (Luc 2:46-47)

Ni les historiens, ni les scientifiques, ni les plus grands athées de ce monde, pas plus que ses nombreux et puissants adversaires, ne peuvent nier l’influence de la vie et des enseignements de Jésus sur sa génération et sur celles qui ont suivi, atteignant en quelques décennies les extrémités de la terre habitée. Notre calendrier ne prend-il pas pour repère « avant J.C. » ou « après J.C. » ?

Jusqu’à nos jours l’Évangile a bouleversé tant de vies, de familles, de villes et de peuples quelquefois, apportant aux hommes sans aucune discrimination de race ou de culture, l’espérance et le secours, le pardon et la délivrance du péché, la paix intérieure avec l’assurance du salut de l’âme pour l’éternité.

S’enfonçant de plus en plus dans la déchéance, la civilisation occidentale moderne refuse toute référence à ses racines « judéo-chrétiennes ». Pourtant, n’a-elle pas été ainsi nommée lorsqu’elle a remplacé le paganisme et la barbarie qui régnaient en Occident ?

 
 
 
 
 

Jésus-Christ est un être unique et incomparable par la pureté et l’humilité de sa vie, qui fut accompagnée d’un témoignage remarquable. Il a prêché et démontré l’amour du prochain, jusque sur le bois du supplice au Mont Calvaire, où mourant, Lui le Juste pour ses ennemis, Il prononça ces paroles : « Père, pardonne-leur ! »
Qui a fait mieux ? Qui dira mieux ?

 
 
 
 

Pourtant, Il est le seul personnage historique interdit à l’école. Vous pouvez étudier et admirer J.J. Rousseau, le spécialiste de l’éducation qui abandonna lui-même femme et enfants, vous pouvez parler de Nietzsche l’athée qui devint fou, de Victor Hugo le spirite, de Baudelaire et de ses démons, vous pouvez parler du diable tant que vous voulez (la fête de Halloween le prouve)… Mais surtout pas de Jésus-Christ et de son message. Les conséquences ? Chacun peut les discerner dans la société « civilisée » du XXIème siècle et en tirer les conclusions, pour sa propre vie, autour de lui, et bien-sûr partout dans « le monde qui court à sa perte » comme le déclare la Bible.

 
 
 
 

Nous ne parlons pas ici d’une religion à adopter, car le Christ n’est pas venu fonder une religion ni aucune dénomination. Ce sont les hommes qui ont tordu les enseignements des Évangiles, en y ajoutant leurs pensées et beaucoup de traditions, comme dans les églises catholique romaine, orthodoxe, protestante, etc…

Le Coran reconnait, et la Bible ne le cache pas non plus, qu’Abraham a péché (Sourate 26:69-82), Moïse a péché (S. 28:15-16), David a péché (S. 37:24-25)… MAIS JÉSUS était parfaitement pur, sans péché  (Sourate 19:19). Le Coran dit également que « ceux qui suivent Jésus sont au-dessus de ceux qui ne le suivent pas » (Sourate 3:55)

 
 
 
 

Car Jésus est plus qu’un homme, plus qu’un ange : « Lui, existant en forme de Dieu… Il s’est dépouillé Lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes… Il s’est humilié Lui-même, en devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort sur la croix. C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé et lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au Nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père ! » (Philippiens 2:6-8)

 

Tous les prophètes ont dit : « Voici le chemin ! », mais Jésus a dit : « Je suis Le Chemin, la Vérité, la Vie ! Nul ne peut venir au Père que par moi. » (Ev. de Jean 14:6)

 
 
 
 
 

Jésus était parfaitement homme mais aussi pleinement Dieu« en Lui habitait corporellement toute la plénitude de la divinité » (Col. 2:9)

– Il connut la faim au désert (Luc 4:2) mais Il nourrit miraculeusement les affamés (Matt. 5:6 et 14:20). Bien plus, « Il est le pain de vie descendu du ciel pour nos âmes » (Jean 6:51)

– Il eut soif sur la croix, à la fin de son ministère (Jean 19:28), Lui, la fontaine d’eau vive (Jean 4:14)

– Il connut la fatigue sur cette terre (Jean 4:6), Lui notre repos (Matt. 11:28)

– Il pleura sur Lazare et sur Jérusalem (Jean 11:35 et Luc 19:41), Lui qui sèche les larmes (Luc 7:13 et Apoc. 21:4)

– Il priait beaucoup son Père dans les cieux (Matt. 14:23), Lui au Nom duquel notre prière est exaucée (Jean 16:23)

– Lui le Roi des rois paya la taxe comme tous (Matt. 17:24-27)

– Lui qui chassait les démons fut accusé d’en être possédé (Matt. 12:22 et Jean 8:48)

– Lui qui racheta les pécheurs perdus (1 Pierre 3:18), fut vendu pour trente pièces d’argent ! (Matt. 26:15)

– Lui le Bon Berger (Jean 10:11) « fut mené comme un agneau à la boucherie » (Esaïe 53:7)

– Il  donna sa vie (Jean 10:17-18) mais « Il fut vainqueur de la mort et Il ressuscita » car Il était sans péché ! (2 Tim. 1:10)

 
 
 
 

Comment un homme pourrait-il approcher Dieu, car il est écrit : « L’homme ne peut voir Dieu et vivre » (Exode 33:20)

S’approchant Lui-même des hommes pour les sauver, Jésus est venu dans un corps d’homme, le Seul médiateur entre Dieu et les hommes dit la Bible : « Le salut ne se trouve en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre Nom donné parmi les hommes, par lequel nous puissions être sauvés » (Livre des Actes des apôtres 4:12). Sa vie entière a démontré ce que Dieu aurait aimé trouver en chacun de nous : l’amour, la bonté, la compassion, la pureté, la fidélité, la douceur et l’humilité, le désintéressement et la simplicité… Quel contraste avec le cœur de l’homme en général : égoïsme, avarice, méchanceté, vanité, orgueil, mépris, recherche des biens matériels, des honneurs et du succès, d’une bonne estime de soi…

« Il n’y a pas un juste, pas même un seul » dit la Bible. « Le salaire du péché c’est la mort » (Romains 6:23). Mais Dieu aime sa créature, Il est Juste et Il est aussi Amour. Le Créateur ne pouvait pas se résoudre à une telle sentence.

Jésus le Fils bien-aimé du Père, seul juste et sans péché, a accepté de mourir et de subir la colère de Dieu, payant le prix du péché de tous les hommes, afin que tous ceux qui croiraient en Lui aient la vie éternelle. Sur la croix, abandonné des siens et haï des religieux, subissant la honte, l’indifférence, le mépris ou l’incompréhension des passants, Il a pu prononcer ces dernière paroles : « Tout est accompli ! » (En grec : « Le but est atteint ! »)

Jésus n’était pas vaincu en mourant sur la croix, Il fut au contraire triomphant dans l’accomplissement de tout ce qui le concernait dans les Écritures et qui avait été annoncé depuis des millénaires par tous les prophètes !

 
 
 
 

« Le salaire du péché c’est la mort », mais Jésus était sans péché, c’est pourquoi « Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’Il soit retenu par elle ! » (Actes des apôtres 2:24)

 

« Voici qu’il vient sur les nuées; tout œil le verra, même ceux qui l’ont percé; et toutes les tribus de la terre se lamenteront sur Lui […] Je suis le premier et le dernier, dit le Seigneur, Celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant ! » (Apoc.1:7-8)

 

« Dieu n’est pas loin de chacun de nous […] Sans tenir compte des temps d’ignorance, Il annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, parce qu’Il a fixé un jour où Il va juger le monde selon la justice, par un homme qu’Il a désigné, et Il en a donné à tous une preuve digne de foi en le ressuscitant des morts. » (Actes 17:24-30)

 

« Si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé ! » (Actes 10:9)

 

« Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé ! » (Actes 16:31)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !