Que Noël soit lumière pour vous !

Que Noël soit lumière pour vous ! Partager Commenter
Lumières et cadeaux, repas en famille, veillées et merveilleux souvenirs… mais aussi folies, excès de toutes sortes… En vérité, pourquoi Noël ?

 
 
 

Qui se réjouit du vrai message de Noël, sans-doute mystérieux ou peut-être même méconnu pour beaucoup ? Ceux qui savent célèbrent la naissance d’un enfant nommé Jésus, il y a de cela deux mille ans environ. Un fait qui ne peut être nié : cet Homme Jésus appelé le Christ a tellement marqué l’histoire de notre civilisation qu’il y a eu depuis un « avant J-C » et un « après J-C » !

Ce n’est pas tout : Jésus-Christ est le seul personnage dans l’histoire de l’humanité dont la venue était annoncée des siècles et même des millénaires à l’avance, avec des précisions étonnantes quand au lieu de sa naissance, quant au peuple qui devait l’accueillir, et quant à sa mission toute spéciale. De nombreux passages dans les Évangiles rapportent que le Christ avait clairement prophétisé ses souffrances, sa propre mort et sa résurrection !

Les Évangiles qui relatent sa vie ne nous disent pas qu’il soit né en hiver, car des bergers « passaient dehors les veilles de la nuit », ce qui n’existe pas en Judée, à cette période de l’année. De plus, la fête de Noël est venue se greffer sur une autre fête de l’antiquité, païenne et sans aucun lien avec la Bible. Chez nous, le « Père Noël », triste personnage qui n’a d’égards que pour les enfants de familles aisées, « descend du ciel », à la place de Jésus ! Ailleurs c’est encore une autre invention… Mais tout ceci est un autre sujet…

Puisque les hommes ont choisi la date du 25 décembre pour célébrer la venue de Jésus sur notre terre, et si nous attachons une telle importance, année après année à respecter ce choix, il paraît logique et sensé de nous enquérir de ce que nous fêtons si joyeusement.

 
 
 

Voici le récit de la naissance de Jésus-Christ...

Voici le récit de la naissance de Jésus-Christ, qui arriva dans la ville de Bethléhem, sous le règne de l’empereur César Auguste  

« Marie enfanta son fils premier né. Elle l’emmaillota et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie. Il y avait dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. Un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande crainte. Mais l’ange leur dit : soyez sans crainte, car je vous annonce la bonne nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ (ou l’oint), le Seigneur […] Et soudain, il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, qui louait Dieu et disait : Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu’Il agrée ! […]

Les bergers se dirent les uns aux autres : allons donc jusqu’à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. Ils y allèrent en hâte et trouvèrent Marie, Joseph, et le nouveau né dans la crèche. Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant […]

Ils s’en retournèrent en glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, conformément à ce qui leur avait été dit. » (Evangile de Luc 2:7-20)


 
 
 

« Evangile » signifie « Bonne Nouvelle » !

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils Unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui ! » (Ev. de Jean 3:16-17)

« Jésus était la véritable lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme […] Personne n’a jamais vu Dieu. Dieu, le Fils unique, qui est dans le sein du Père, l’a fait connaître. » (Ev. de Jean:1)

« Lui, dont la condition était celle de Dieu, s’est dépouillé Lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes, Il s’est humilié Lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. » (Epitre aux Philippiens 2:6-7)

« Personne ne m’ôte la vie » a dit Jésus, « Je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre. » (Ev. de Jea 10:18)

Plus de 750 ans avant sa naissance, le prophète Esaïe avait annonçé : « Dieu viendra Lui-même et vous sauvera ! » (Esaïe 35:4)

 
 
 

La prophétie s'est accomplie

Un jour de shabbat où Il enseignait dans la synagogue de Nazareth, Jésus a ouvert le livre du prophète Esaïe au chapitre 61, qui datait de plus de 750 ans en arrière, et lut : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’Il m’a oint pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance… » Puis se tournant vers ses auditeurs, Jésus leur dit : « Aujourd’hui, cette parole de l’Ecriture que vous venez d’entendre est accomplie ! » (Luc 4:15-21)

Esaïe avait dit aussi : « Ô vous tous qui avez soif, venez vers les eaux, même celui qui n’a pas d’argent ! Venez, achetez et mangez […] Pourquoi peinez-vous pour ce qui ne rassasie pas ? […] Ecoutez et votre âme vivra ! » 

Le Christ a repris ces paroles : « Que celui qui a soif vienne, et qu’il prenne de l’eau de la vie ! » (Ev. de Jean 7:37) « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et vous trouverez du repos pour vos âmes ! » (Ev. de Matthieu 11:28)


 
 

« Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand bien même il serait mort ! » (Jean 11:25)

 
 

Mais qui a cru à ce qui était annoncé ?

« La lumière est venue chez les siens, et les siens ne l’on pas reçue […] La lumière est venue dans le monde, et les hommes ont aimé les ténèbres plus que la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. » (Ev. de Jean 1:11 et 3:19)

« Je suis la lumière du monde » a dit le Christ, « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie, nul ne peut venir au Père que par moi », « Je suis le Bon Berger, qui donne sa vie pour ses brebis… »

« Ne pourrais-je pas invoquer mon Père qui me donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges ? […] Vous êtes venus comme après un brigand, avec des bâtons et des épées pour vous emparer de moi. J’étais tous les jours assis dans le Temple, j’enseignais […] Mais tout ceci est arrivé afin que les écrits des prophètes soient accomplis. » (Ev. de Matthieu 26:53-56)

Même si beaucoup ont cru nous dit le Nouveau Testament, les juifs dans leur ensemble n’ont pas reconnu leur Messie en Jésus, car ils attendaient un Roi qui les délivrerait du joug romain, et de tous leurs exils. Jésus fut crucifié par les Romains, et leurs espoirs s’évanouirent. Ce qu’ils ont vu ensuite au travers de la religion du christianisme et des terribles persécutions des soi-disant « chrétiens » les a éloignés de la foi véritable.

Pourtant le prophète Esaïe avait annoncé la mort et la résurrection de Jésus. Le Messie devait d’abord souffrir :

« Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? […] Il n’avait ni beauté ni éclat pour nous plaire, méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur habitué à la souffrance, nous ne l’avons pas considéré. Pourtant, ce sont nos souffrances qu’Il a portées, c’est de nos douleurs qu’Il s’est chargé, et nous, nous l’avons considéré comme frappé par Dieu et humilié. Mais Il était transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris […] Il a été maltraité, il s’est humilié et n’a pas ouvert la bouche, semblable à l’agneau qu’on mène à la boucherie […] On a mis sa tombe avec les méchants, quoi qu’Il n’ait pas commis de violence, et qu’il n’y ait pas eu de fraude dans sa bouche. Il a plu à l’Eternel de le briser par la souffrance.

Après s’être livré en sacrifice de culpabilité, Il verra une descendance et prolongera ses jours, et la volonté de l’Eternel s’effectuera par Lui (…] Mon serviteur justifiera beaucoup d’hommes et se chargera de leurs fautes. C’est pourquoi Il partagera le butin avec les puissants. Parce qu’Il s’est livré Lui-même à la mort, et qu’Il a été compté parmi les coupables, parce qu’Il a porté le péché de beaucoup et qu’Il a intercédé pour les coupables. » (Es. 53)


 
 

« Voici : il n’y a pas de juste, pas même un seul qui ne pèche jamais; tous sont égarés, ensemble ils sont pervertis. » (Actes 3:10-12)

 

« Mais à tous ceux qui ont recu la lumière, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son Nom » (Ev. de Jean 1:12)

 
 

Jésus Christ reviendra - Le jour est proche

Noël est là, nous rappelant que les dizaines de prophéties bibliques concernant la première venue de Jésus comme Sauveur se sont fidèlement accomplies. Soyons assurés que les prophéties annonçant son prochain retour comme Juge et Roi sur la terre entière s’accompliront, aussi certainement que les premières.

Depuis deux mille ans, « le royaume de Dieu s’est approché de nous » dit la Bible. Telle une semence jetée en terre, il a germé, non « de manière à frapper les regards », mais dans le coeur et la vie de ceux qui ont cru en Jésus Christ et qui ont reçu par l’Esprit Saint en eux l’assurance du pardon de leurs péchés et de la vie éternelle, et qui marchent désormais « en nouveauté de vie », conformément à l’enseignement du Christ. Dans le champ qu’est le monde, le bon grain a poussé, mais l’ivraie aussi arrive à maturité. Le péché atteint son comble, et Dieu va juger la terre avec ceux qui la détruisent dit l’apôtre Jean dans son Apocalypse (ou Révélation, 11:18). Auparavant, ceux qui l’attendent pour leur délivrance auront été mis à l’abri.

La Bible dit qu’avant le retour du Seigneur Jésus, il en sera comme au temps de Noé, lorsque le jugement de Dieu est tombé, et le temps de Lot à Sodome nous est aussi donné en exemple. Voici ce qui caractérisait ces deux générations : « la terre était remplie de violence, et toute chair avait corrompu sa voie » (c’est à dire sexuellement, dans le texte original). Nous reconnaissons ici malheureusement la marque de notre génération, dans laquelle chacun choisit sa morale ou sa vérité.

Très bientôt le royaume de Dieu sera révélé avec gloire et puissance : « Tout oeil le verra, même ceux qui l’ont percé, et toutes les tribus de la terre se lamenteront à son sujet » (Apocalypse de Jean 1:7).


 
 

« Le salut ne se trouve en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés […] Dieu annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, parce qu’Il a fixé un jour où Il va juger le monde selon la justice, par un Homme qu’Il a désigné, et Il en a donné à tous une preuve digne de foi en le ressuscitant d’entre les morts. » (Actes des Apôtres 4:12 et 17:30-31)

 
 
 
 
Jésus Christ n’est pas venu pour fonder une religion.

Ce sont les hommes au cours des siècles qui ont falsifié ses enseignements, au gré de leurs pensées, et qui les ont utilisés à leurs propres fins. Mais le message de l’Evangile n’a pas varié, la Bible a traversé les siècles malgré les efforts inouïs des incrédules pour la faire disparaître. « Dieu veille sur sa Parole », et les découvertes récentes de parchemins très anciens ainsi que celles de la science ou encore de l’archéologie, toutes viennent confirmer toujours plus son authenticité.

Notre civilisation occidentale fondée sur l’égalité et le droit à la liberté s’est construite sur les principes de l’Evangile, repoussant le paganisme, la barbarie et l’obscurantisme qui régnaient partout. Aujourd’hui, les principes bibliques sont rejetés, on veut effacer jusqu’au souvenir des fêtes chrétiennes. Une jeune génération grandit sans même avoir eu la connaissance du message du Dieu de la Vie aux hommes mortels qui un jour, devront tous comparaître devant Lui.

 

C’est pourquoi, si le vrai croyant aime se souvenir que Jésus est venu sur la terre des hommes, c’est bien vers une autre espérance lumineuse qu’il porte ses regards : « Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous reviendra de la même manière que vous l’avez vu aller au ciel… » (Actes des Apôtres 1:11)

 

« Que votre coeur ne se trouble pas » a dit Jésus à ses disciples, « je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi ! » (Ev. de Jean 14:3)

 

« Voici, une grande foule que nul ne pouvait compter, de toute nation, de toutes tribus, de tous peuples et de toutes langues; ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches et des palmes à la main, et ils criaient d’une voix forte : le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’Agneau ! […] Dieu habitera avec eux, ils seront son peuple, et Dieu Lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » (Apocalypse de Jean 7:9-10 et 21:3-4)

 

« Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’Il ait la vie éternelle » (Evangile de Jean, 3-16)

 
 
 

Qu’ainsi donc, la fête de Noël soit pour beaucoup l’occasion de découvrir le Don merveilleux que, dans son Amour infini, le Dieu Tout Puissant a fait aux hommes de toute la terre, afin qu’ils puissent échapper au jugement éternel !

 
 
 

Le jour où Noël était un dimanche..

Un pasteur s’affligeait de ce que partout en France, les lieux de cultes étaient étrangement désertés en ce jour où les chrétiens célébraient Noël…

« Où est l’amour qui faisait que Jésus était toujours le premier ?

– On s’est couchés à 5 heures du matin; nous étions avec notre famille non chrétienne, alors vous comprenez… Il n’était pas possible de réveiller les enfants si tôt… On a été malades d’avoir mal digéré…

Ces lithanies ont un air d’excuses connues : « J’ai acheté un champ… je dois essayer mes cinq paires de boeufs… Je viens de me marier… »

Je me demande ce que vont retenir les enfants de croyants concernant Noël. Une fillette, quelques jours avant sa communion solennelle, disait : « On va être tant à table… » Le lendemain, elle racontait : « On a vidé tant de bouteilles… »

J’ai eu à l’époque, la naïveté de croire que ça n’arrivait que dans d’autres milieux… Dans le « bon vieux temps », les chrétiens entraînaient les pécheurs perdus dans la « maison de Dieu ». C’était, comme on dit, le temps du réveil.

Certains absents du dimanche 25 décembre 1988 me font penser à un mari qui, pour l’anniversaire de sa femme, irait passer la journée avec sa maîtresse.

« Adultères que vous êtes ! Ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. » (Jacques 4:4)

L’adoration et le service dus à Dieu et à notre Seigneur Jésus Christ, troqués contre de la volaille, du foie gras, des vins, du champagne, des bûches… qui en ont fait trébucher plus d’un ! En fait, le corps et l’âme avant l’esprit, au mépris de l’Esprit.

A moins de passer par une humiliation vraie, il ne restera plus aux adeptes de Gargantua et de Bacchus qu’à invoquer le « Père Noël » en cas de besoin… »

 

« Quand je fermerai le ciel et qu’il n’y aura point de pluie, quand j’ordonnerai aux sauterelles de consumer le pays, quand j’enverrai la peste parmi mon peuple, si mon peuple sur qui est invoqué mon Nom s’humilie, prie et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. » (2ème livre des Chroniques 7:13-14)

« Ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières oeuvres… Que celui qui ades oreilles pour entendre entende ce que l’Esprit dit aux Eglises. A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de la vie qui est dans le paradis de Dieu. » (Apoc. 2:4-7)

(R. Copin)


2 Lire et Commenter

Commenter

  1. Que Christ soit découvert ou pas en ce jour de noël, il n’en demeure pas moins que c’est pas une fête chrétienne au sens biblique. Et on a pas à la justifier par nos œuvres car notre Seigneur a été clair: « C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. » (Matt.15:9) . Que le Seigneur nous garde et vous bénisse.

    • ConnaîtreLaVérité
      ConnaîtreLaVérité

      Merci pour votre commentaire qui appuie le fait que les chrétiens s’attachent à des traditions d’hommes beaucoup plus qu’aux commandements du Seigneur !

      Si Noël est une fête « chrétienne » aux yeux du monde, des autres religions, de tous ceux qui n’en connaissent pas l’origine, les vrais chrétiens devraient à plus forte raison rendre un témoignage digne de l’Évangile en cette occasion, comme ils doivent le faire chaque jour de leur vie. S’il n’y a que la tradition, les repas, les cadeaux, etc. quel faux témoignage pour le Nom du Seigneur !

      Si la Bible ne donne pas de date, c’est que Dieu ne l’a pas voulu justement. Nous nous réjouissons bien-sûr de sa venue dans ce monde, mais combien plus nous devrions nous réjouir de son prochain retour, que tout voudrait nous faire oublier, y compris dans beaucoup de milieux chrétiens. C’est cela que nous avons voulu rappeler au sujet de Noël, conscients que cet article peut-être une grande déception pour beaucoup de chrétiens très attachés à cette forte tradition. Mais attention de ne pas devenir idolâtres…

error: Contenu protégé !