Le Seul Bien Précieux

Le Seul Bien Précieux Partager Commenter
Posséder biens et talents précieux, force et santé, acquérir la gloire ou réaliser tous ses rêves… A qui accordons-nous notre admiration dans ce monde ? Que signifie pour nous réussir sa vie ?

 
 

Ecoutons ce que dit Jésus à ce sujet : « La vie d’un homme ne consiste pas dans l’abondance de ses biens » (ou ne dépend pas des biens qu’il possède – Luc 12:15) et, dans une autre circonstance : « Que servirait-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perdait son âme ? » (Matthieu 16:26)

Une vie heureuse ne peut s’acquerrir avec des biens matériels. Avec de l’argent, on peut acheter des plaisirs, mais pas le bonheur; une assurance-vie, mais pas contre la mort; une place au cimetière, mais pas au ciel.

Ce qui ne peut être obtenu par des richesses, Dieu l’offre gratuitement : la paix, la réconciliation avec Lui, et le véritable bonheur. Vous devez vous demander avec étonnement ce qui se cache derrière une telle offre. Tout simplement : l’Amour de Dieu !

La Bible dit que tous depuis leur jeunesse sont séparés de Dieu, étant pécheurs, et ne tenant pas compte de Sa volonté. C’est pourquoi Son jugement les attend. Mais Dieu aime les hommes et leur offre un moyen d’échapper : Jésus-Christ a payé la dette du péché de tous ceux qui placent leur foi en Lui. C’est pourquoi Il est mort sur la croix. Aujourd’hui, Il vous appelle à croire en Lui, Lui, le ressuscité. C’est ici le chemin vers les richesses célestes et éternelles !

Glorieux Evangile ! Merveilleux message ! Qui mérite d’être écouté : Jésus, le Sauveur, appelle : « Toi qui es perdu, Je mourus pour te sauver ! »

 
 
 

On raconte qu’un soldat de l’armée impériale fut condamné à mort pour avoir commis une faute très grave. Sa mère alla implorer la grâce de Napoléon. Il lui répondit que la justice exigeait la condamnation de son fils.

–  Mais je ne demande pas justice, dit la mère; j’implore votre grâce !

–  Votre fils ne mérite aucune grâce, répliqua t-il.

–  Sire, dit la mère, ce ne serait pas une grâce s’il la méritait !

Ebranlé par cet argument, l’empereur prononça les mots tant espérés : « Alors, je veux lui faire grâce. »

Cette anecdote met en évidence ce qu’est la grâce : une faveur imméritée à l’égard du coupable. Toutefois la grâce de Dieu ne repose pas sur une décision arbitraire. Elle s’appuie sur le sacrifice de Jésus-Christ qui a pris sur Lui le châtiment que nous méritions.

A qui s’adresse t-elle ? A tous, car tous les hommes ont péché, et « le salaire du péché, c’est la mort » dit la Bible. Telle est la loi d’un Dieu Juste et Saint.

Comment bénéficier de la grâce de Dieu ? Elle ne peut être obtenue ni par nos efforts, ni par nos mérites. Elle est le don de Dieu pour tous ceux qui reconnaissent qu’ils sont coupables devant Lui et méritent d’être punis. Cette grâce s’obtient par la foi en l’oeuvre de Jésus-Christ. Il a pris sur Lui notre condamnation pour que nous soyons épargnés : « L’Eternel a fait tomber sur Lui l’iniquité de nous tous […] Par ses meurtrissures nous sommes guéris » (Esaïe 53 – 750 ans avant J-C)

(Calendrier La Bonne Semence 2015)
 
 
 
 

Voici un court témoignage recueilli dans le petit livre « The Good Seed – 2015 »

« Je suppose que vous êtes l’un de ces fanatiques religieux qui ne peuvent pas laisser leurs concitoyens en paix, avec leurs sermons continuels » dit un jour un jeune-homme à un évangéliste, qui voyageait de lieu en lieu, annonçant la bonne nouvelle de Jésus-Christ, afin que les gens se tournent vers Dieu, se convertissent et soient réconciliés avec Dieu par la foi dans le Christ.

« Vous pouvez m’appeler comme vous voulez » répondit le prédicateur itinérant. « Alors que j’étais dans cette région, il y a bien des années, j’ai vu comment trois hommes qui travaillaient dans une carrière furent soudainement ensevelis vivants sous une masse de pierres qui s’étaient détachées et qui dévalaient. J’ai crié aussi fort que je le pouvais, et avec l’aide de quelques hommes, nous avons réussi à sauver in extrémis deux des hommes pris au piège.

En ce temps-là, les gens m’ont acclamé. Personne ne m’a traité de fanatique. Ainsi, comment pourrais-je garder le silence aujourd’hui, quand je vois tout autour de moi des quantités de personnes qui, je le sais, sont sur le chemin de la condamnation éternelle ?

Non, mon ami, je ne suis pas un fanatique. Nous sommes ambassadeurs pour Christ. Nous supplions les foules en la personne du Christ, de se réconcilier avec Dieu. C’est une mission que nous avons reçue du Seigneur Jésus-Christ Lui-même, et que nous avons le devoir d’accomplir. »

 
 
 

« Je n’ai pas honte de l’Evangile de Christ, car c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit ! » (Epître aux Romains 1:16)


0 Lire et Commenter

Commenter

error: Contenu protégé !